News & photos d'Argentina

La fin d'un doux périple
Pour finir notre périple diplomien en Argentine, nous voilà parties pour une semaine de belles vacances bien méritées! Un bon bol d'air pur, dans un contexte très différent que Buenos Aires. Le tout en image:
Posted by Gabrielle Schwab at 12:20
Comments (0)
Au boulot!
Côté travail ça avance bien... heureusement. Voici un petit panorama de mes investigations:

Etape 1: Echantillonnage
C'est la plus belle étape. Tu pars avec ta pelle et ton saut avant le lever du jour. Mais comme á chaque fois je suis partie avec mes profs, c'est pause café-croissant à 8h, puis c'est bief-sandwich à midi, et si on reste dormir c'est encore mieux: parilla au resto! Ils nous gâte ces profs!
Bref la pense bien remplie, c'est maintenant que le travail commence. Mon travail consiste à regarder les échantillonnages et vérifier que tout se passe bien... Je suis une femme, ici, pas de raison que je bouge le petit doigt...
J'ai quand même pu faire des échantillons factices devant l'uni par moi-même (cf photo).

Etape 2: Description de sol
Les mollisols, c'est comme les tourtes argentines:
- un fond sablé si profond qu'on ne le voit pas (horizon C),
- par dessus un horizon bien structuré (Bt) de chocolat brun avec glassage superficiel (zone élluviée)
- zone de transition pour arriver au meilleur: bien soyeux et bien noir de mousse de choc(A).
Faut dire qu'ici ils sont très doués en dessert... et que ça a des conséquences grave sur l'organisme comme vous pouvez le constater!

Etape 3: la pate de vache
Pour mon plus grand bonheur ils ont trouvé un vrai sabot de vache qu'ils ont greffé à un pieu pour faire une simulation aussi vrai que réelle. Tellement véridique qu'il y a même les odeurs avec et les moustiques! Bref je vous montre le résultat en image!

C'est du beau boulot, non?
Posted by Gabrielle Schwab at 19:29
Comments (0)
Le Tigrrre
Petit WE tranquille à Buenos Aires:

Ce dimanche, nous sommes parties faire la ballade des Buenosairiens: promenade au bord du Tigre avec Hélène et Maria-Julia. C'est une belle petite expédition pour y arriver. Premier grand moent: prendre le train. Chose qui normallement ne se fait jamais, car trop dangereux et mal fréquenté. (Petite remarque en passant, Gabrielle apprend à être prudente en ville, grâce à mes deux consoeurs; j'accepte l'idée que certains lieux ne soient pas fréquentable, un grand drame pour une curieuse comme moi!). Mais comme c'est dimanche, le train est bondé de promeneur comme nous, et on peut y monter inconnito.

C'est un peu le même genre de cadre que le bord du lac Léman, le dimanche après-midi: cachuète-grillé, enfants qui rient et crient, pieds en éventail dans les chaussures (fait froid!), bateaux-touristes,... Petit passage au casino du coin, juste pour voir. Puis sur notre passage que croise-t-on? Le club d'embarcation "suizo". Tout de gaut, on entre pour voir. On passe la porte d'entrée nous voilà de retour en Suisse: les drapeaux-cantonaux exposés à l'entrée; le bruit du feu qui crépite dans la cheminée, l'odeur du vin blanc et du thé... et le must: on entend du suisse-allemand! Madame la consule était de passage. Le président très sympathique, nous fait visiter le hangar. Si une fois vous passer par Buenos Aires et avez envie de faire de l'aviron, n'hésitez pas à me demander, j'ai un bon filon!-)

Voici donc quelques photos de notre bel après-midi.
Posted by Gabrielle Schwab at 20:14
Comments (0)
WE Bernhardien
Voici les aventures avec notre pot Bernhard.

Eh oui nous avons eu une bonne surprise le WE dernier. Jeudi soir, petit mail de mister: "ça vous va si je débarque samedi matin?".
Genre programme derinère minute, il est pire que moi!-)
Mais on aime les surprise, ça tombe bien. Surtout les comme ça. Du coup, samedi matin, Gaby toute motivée se lève tôt pour aller chercher Monsieur Bernahard. Hélène a trop de travail et en a profité pour aller au labo á l'uni.
Bon on ne sait pas trop quand il arrive, ni exactement où, mais on y va, bien décidé à le trouver! Petit détails: je n'ai plus mes lunettes, j'ai oublié mon natel (seul moyen de communication), et mon espagnol est toujours médiocre malgré mes efforts... du coup ça se corse. Je débarque donc à l'arrêt de bus à 9h moins 1. Y tourne en rond 1h, ert m'essaie même à me renseigner en espagnol... je finis par me résigner et rentre bredouille: Berhnard, débrouille comme il est, risque d'arriver avant moi à l'apparte. Mais non, heureusement que n'est ni. Le WE peut enfin commencer, il est 11h du mat. Et départ pour chez Orianne et Julia (2 filles de la fac) on y retrouve Hélène aussi.

Séquence rösti:
Décidé à faire goûté une spécialité suisse à nos amis, nous entamons les préparatifs du repas: rösti en 3 variantes (Bernoise, pomme-rösti et rösti suédois), avec salade royale d'Hélène et dessert surprise de Bernhard.
Ca se complique déjà au moment des courses, lorsqu'il faut chercher un aliment de remplacement au gruyère... et au saumon (eh oui, rösti de luxe!). Le fontina et le thon feront l'affaire.
Ensuite les casseroles: eh non, les vraies poelles on ne trouve pas ça partout. Alors on se bat avec le fond pour essayer d'en préserver le délicat croustillant... Et on finit par faire la bataille du rösti avec Bernhard! 2h dans une cuisine laisse des séquelles (mieux ça qu'un fossé).
Résultat: nos hôtes ont apprécié ce simili-rösti, avec élection du rösti-tradition. Le plus drôle fut de leur faire prononcer "rösti" correctement.

Leçon de tango:
EH oui, nous avons essayé d'apprendre à Berhnard les joies du tango. Mais comme vous pouvez le constater, on est plutôt concentrer sur nos pieds: difficile de se traverstir!-)

Arboriculuture:
Mon passe-temps favori m'a repris!-) Un grand parc, avec un arbre centenaire m'a trop séduit pour rester les pieds sur terre. Eh oui je me suis envolée un instant! Un pur moment de plaisir.
Remarque: dans la Pmapa, aucun arbre n'est naturel. Je trouve ça dingue: des centaine de km sans arbre, que de la prairie à l'origine. N'empêche qu'ils ont bien choisi les espèces qu'ils ont décidé de planter: parole de grimpeuse!-)
Posted by Gabrielle Schwab at 3:23
Comments (0)
Annecdotes
Annecdote de moustique...
Dans toute l'Argentine, il ya une grande épidémie... de picure de moustiques! Eh oui, les pharmacie sont en rupture de stock de "off". Le seul antimoustique en vente. Ici on a pas peur des oiseaux mais des insectes; c'est encore pire!
Chaque jour on fait le décompte avec Hélène; c'est toujours Hélène qui gagne (en nombre et en taille!).

Atmosphère-atmosphère:
Voici une sortie qui pourrait faire partie du top ten des citations GR et qui plairait sûrement à Van den Bergh:
" Il n'y aurait plus d'eau dans le ciel, s'il pleuvait partout comme ici. C'est donc grâce à Buenos Aires que l'Europe est si ensoleillé".
Je tairai l'auteur de cette belle tirade!-)
Posted by Gabrielle Schwab at 21:59
Comments (1)
enfin des photos!
J'ai pu sauver les premières photos de mon appareil numérique cassé.
Voici donc un petit apercu de nos débuts à Buenos Aires:

1) une route taille standard au centre ville
2) l'entrée du labo
3) Hélène avant les chutes d'Iguazu
4) l'orage faisait rage depuis 10min et déjà la route est rouge (2e WE: Iguazu)
Posted by Gabrielle Schwab at 16:16
Comments (0)
Les genoux dans l'eau
Hier à Buenos Aires...
Eh oui, en 1h il est tombé 35mm d'eau. Vous pouvez imaginer le résultat!
C'était un orage assez spectaculaire, il faut dire (cf photo).
On était parties pour aller boire un verre à l'autre bout de la ville avec deux françaises, toutes motivées. Un bar typique français (pastis et saucisson), histoire de passer notre nostalgie du vieux continent.
Et en sortant du métro, pas possible de sortir. Les escaliers étaient bouchées par des dizaines de personnes regardant le spectacle de la rue. Il y avait tellement d'eau, qu'elle entrait dans le souterrain où on était. Les rues s'étaient litéralement transformées en rivière. Du coup ils ont fermé le métro. Et on a dû sortir sous la pluie.
Mais l'histoire se finit bien car on est quand même allées boire notre pastis!-)
Posted by Gabrielle Schwab at 16:18
Comments (4)
Les pieds dans la boue... le bonheur!
Me voici rentrée de l'aventure de 2 jours sur le terrain.
Eh oui on a dû traverser maux et tempêtes pour y arriver: 6h pour faire 600km puis 2h pour faire les 30 derniers. Durant le voyage j'avais peine à croire qu'on pourrait échantillonner: des seilles d'eau inondaient la route et donc le terrain... je pense que le conducteur connaissait par coeur la route pour s'y retrouver.
Mais peu avant d'arriver, tout s'est arrêté: ciel bleu sans nuage avec un bon vent.
En entrant sur la route qui mène au champ, le bus s'est embourbé. Ça fait le même effet que sur la neige, leur solution pour s'en sortir est pourtant orginial: dégonfler les pneus et attendre une voiture 4x4 pour nous sortir de l'impasse.

Après le trajet périlleux, ce fut périlleux pour mes nerfs. Je suis allée prélever mes échantillons avec 2 hommes forts, autrement dit, ce ne fut pas trop faitguant pour moi. Ma tâche consistait à noter les numéros sur les échantillons dans un ordre logique... Cependant ce n'était pas facile de les regarder passivement sauter sur les cylindres pour les enfoncer, alors que Pascal Boivin nous avait spécifié l'importance d'échantillonner avec douceur... C'était parfait! Mais mon pauvre espagnol ne m'a pas permis de verbaliser le problème.
En même temps, peut-être que je risque d'avoir un résultat de compaction qui va époustouffler tout mes profs!
Mise à part ce détail, ce fut une bonne campagne de terrain. Enfin les mains sales et les barrières à enjamber. Comme j'aime être sur le terrain!

Maintenant que je commence à apprendre à faire les analyses pédologiques: après 4ans d'étude à l'EPFL, c'est le moment!
Posted by Gabrielle Schwab at 17:48
Comments (0)
Moi aussi!!!!!!!!!
Si jamais y a aussi mon blog qui parle de nos aventureuses aventures d'Argentine ;0)
www.hbleny.blogspot.com
Posted by Hélène Bleny at 22:36
Comments (0)
Le diplôme: c'est parti
Dans 2 jours, c'est parti pour le terrain!
Je vais enfin voir la couleur du sol argentin.
Bon j'ai oublié les bottes dommage; en allant aux chutes, on a croisé des champs inondé sous plus d'un mètre d'eau... selon Boivin ce serait mieux pour voir l'effet de compaction, et l'effet "j'ai froid les pieds dans l'eau" y a-t-il pensé?
Affaire à suivre donc.
Posted by Gabrielle Schwab at 23:48
Comments (0)
Page : 1 2 Next »
RSS