Cette page appartient aux archives web de l'EPFL et n'est plus tenue à jour.
This page belongs to EPFL's web archive and is no longer updated.

Episode 6: La Bête

AAAhhhh, Mr Stringe s'est fait phagocyté?Phagocyté par la bête, celle au souffle âcre, à l'organisme putride, malade jusque dans son c?ur, ses poumons ressemblent à ceux de nos amis fameux fumeurs, ceux qui allument leur clope avec le mégot de la précédente, mais oui la propre grande tante (ou arrière grande tante) de Mr Stringe avait cette habitude. La gangrène chaque jour progresse, cette bête appelée par ses propres cellules Béaga (BH), a ses heures de pointes, de pollution, de bruit, de marée humaine. Les avenues rectilignes sont remplies de voitures, de bus, de motos et d'aucun vélo (?traumatisme?), les trottoirs sont remplis de gens qui passent et qui ne font que passer, comme dirait Renaud?Seuls ceux qui ont adoptés la rue comme maison y dorment déjà, ou encore! Créant une déviation dans le flux, le flow, les lignes de courants?

Cette ville a les dents cariés, des immeubles de plusieurs étages sont laissés à l'abandon en plein centre ville, qui voudrait investir dans l'insalubrité?mais y'a-t-il quelqu'un qui cherche à investir dans la salubrité? Et pour qui? Ceux qui dorment sur les trottoirs? La municipalité fait quelques efforts odontologiques, mais a bien d'autres chats à fouetter?

L'informalité s'installe, s'organise en quartiers qu'on appelle communément favelas, ou vilas à l'heure du politiquement correct! Le chômeur doit pourtant nourrir sa famille, comme tout le monde, alors il ouvre les poubelles entassées sur le bord de la route pour en sortir les cannettes de coca, sprite ou de guarana (mais surtout de brahma, skol et autres bohemia). Il récupère également le carton. Il traversera ensuite les avenues avec sa charrette remplies de déchets pour en retirer quelques menues monnaies, lui permettant d'acheter un peu de riz et de fejoa. A ses côtés, Dolce et Gabanna, Louis Vuiton et Nike se disputent les portes monnaies de la classe de l'autre extrême. Pour ceux que ça intéresse, le Brésil est champion du monde de l'indice de Gini (indice exprimant le déséquilibre de la répartition des richesses), ils ont fait égalité avec le Lesotho?

Mais Béaga vit, son c?ur bat grâce aux nombreuses religions présentent : Jésus et le foot, la bière et les femmes, le forro et la samba?Le Brésilien, qu'il soit riche ou pauvre, vit! Et surtout, ne se tue pas au travail, son rythme se rapproche plus de celui de notre ami, musicien universel, Bob M. que de celui des brokers de Wall Street. Il garde un sourire communicateur et un regard amical?

Mr. Stringe a tenté de résister, il a ardemment combattu la gangrène jusqu'à l'épuisement. Et maintenant qu'il a compris que cela ne servait à rien de lutter, il adopte?La bière (le plus facile), le foot, le forro (le moins facile) et la samba?et ça s'arrête là?Mais ne croyez pas qu'il soit résigné, il a trouvé son jardin secret, qu'on appelle la Cima dou Serra. Il s'y rend régulièrement pour saluer le Dieu soleil, dieu de l'évasion, du rêve, de la nostalgie parfois, mais toujours de l'espoir.
Posted by César Lador on Thursday 10 May 2007 at 15:31
Comments
Je suis heureuse que tu aies arrêté de lutter. Et reste convaincue que c'est dans le

non-jugement que réside la compréhension et dans la non-réaction que réside la vie!

S'en suit l'action juste .... sans lutte, mais remplie d'espoir, car remplie d'amour pour la

vie! (la vie: tout ce qui vit... végétal, animal, même tes semblables les hommes,

pauvres ou riches, jusqu'à la dernière des ordures..........)


"Alors Almitra dit, Parle-nous de l'Amour.

Et il leva la tête et regarda le peuple assemblé, et le calme s'étendit sur eux.

Et d'une voix forte il dit :

Quand l'amour vous fait signe, suivez le.

Bien que ses voies soient dures et rudes.

Et quand ses ailes vous enveloppent, cédez-lui.

Bien que la lame cachée parmi ses plumes puisse vous blesser.

Et quand il vous parle, croyez en lui.

Bien que sa voix puisse briser vos rêves comme le vent du nord dévaste vos jardins.

Car de même que l'amour vous couronne, il doit vous crucifier.

De même qu'il vous fait croître, il vous élague.

De même qu'il s'élève à votre hauteur et caresse vos branches les plus délicates qui

frémissent au soleil,

Ainsi il descendra jusqu'à vos racines et secouera leur emprise à la terre.

Comme des gerbes de blé, il vous rassemble en lui.

Il vous bat pour vous mettre à nu.

Il vous tamise pour vous libérer de votre écorce.

Il vous broie jusqu'à la blancheur.

Il vous pétrit jusqu'à vous rendre souple.

Et alors il vous expose à son feu sacré, afin que vous puissiez devenir le pain sacré du

festin sacré de Dieu.

Toutes ces choses, l'amour l'accomplira sur vous afin que vous puissiez connaître les secrets

de votre c?ur, et par cette connaissance devenir une parcelle du c?ur de la Vie.

Mais si, dans votre appréhension, vous ne cherchez que la paix de l'amour et le plaisir de

l'amour.

Alors il vaut mieux couvrir votre nudité et quitter le champ où l'amour vous moissonne,

Pour le monde sans saisons où vous rirez, mais point de tous vos rires, et vous pleurerez,

mais point de toutes vos larmes.

L'amour ne donne que de lui-même, et ne prend que de lui-même.

L'amour ne possède pas, ni ne veut être possédé.

Car l'amour suffit à l'amour.

Quand vous aimez, vous ne devriez pas dire, "Dieu est dans mon c?ur", mais plutôt, "Je

suis dans le c?ur de Dieu".

Et ne pensez pas que vous pouvez infléchir le cours de l'amour car l'amour, s'il vous en

trouve digne, dirige votre cours.

L'amour n'a d'autre désir que de s'accomplir.

Mais si vous aimez et que vos besoins doivent avoir des désirs, qu'ils soient ainsi :

Fondre et couler comme le ruisseau qui chante sa mélodie à la nuit.

Connaître la douleur de trop de tendresse.

Etre blessé par votre propre compréhension de l'amour ;

Et en saigner volontiers et dans la joie.

Se réveiller à l'aube avec un c?ur prêt à s'envoler et rendre grâce pour une nouvelle

journée d'amour ;

Se reposer au milieu du jour et méditer sur l'extase de l'amour ;

Retourner en sa demeure au crépuscule avec gratitude ;

Et alors s'endormir avec une prière pour le bien-aimé dans votre c?ur et un chant de

louanges sur vos lèvres." Khalii Gibran, le Prophète.
Posted by Fleur Deschamps on Monday 14 May 2007 at 13:45