Cette page appartient aux archives web de l'EPFL et n'est plus tenue à jour.
This page belongs to EPFL's web archive and is no longer updated.

Première journée de cours

Bon ça démarre un peu vite car je me réveille vers 7h20 et je n'ai toujours pas de vélo! Alors pas de petit déj, je file à l'uni (je m'achète quand même une boite de biscuits au passage). Je trouve assez facilement ma salle de cours (j'ai tellement couru dans dans ces couloirs hier...). Bon, les classes, c'est... mmhh rustique! De la place pour une 40 de personnes, des ventilos au plafond qui tournent à fond (qui font pas mal de bruit mais qui ne rafraîchissent pas tellement), un prof sur une petite estrade et un tableau noir déjà bien utilisé. D'ailleurs, il vaut mieux arriver 5 minutes en avance, car de temps en temps le prof décide de changer de salle de cours... Alors j'ai assisté à trois cours: le premier avait l'air sympa, mais j'ai déjà vu toute la matière, donc je vais le laisser tomber. Le deuxième était bien de mon niveau, tout va bien. Et le prof est vraiment spécial! Il a commencé à parler d'arts et de criquet dans son introduction, en nous disant qu'il allait nous apprendre bien plus que de la recherche opérationnelle. Il a même prévu de faire une sortie de classe dans un musée. Et le troisième le cours était beaucoup trop avancé pour moi, les étudiants étaient plutôt des doctorants, et il fallait faire de la recherche, des présentations etc.
L'après-midi, j'ai le temps d'aller au Youssouf Market pour acheter mon vélo. Il y a deux magasins, je rentre chez Suprem Cycle and Co. Leurs occasions étant vraiment pourries (roue pliée en deux, pas de freins etc...), je regarde leurs vélos neufs. Mhh ça sent le bon vélo! Après une bonne heure de négociations (sans exagérer) je prends un petit rouge comme le vieux de papa. Hou il me plaît celui-là. 1300 roupies, donc moins de 40 francs. Bon, il n'est pas encore tout à fait finit, alors ils tapent (littéralement) dessus à coups de clef à molette pour régler les freins, la selle et tout. Et le plus impressionnant est qu'il est parfaitement réglé! Ils ont le coup de main...
Bref je rentre avec mon super vélo, forcément je me perds dans les petites rues, alors je demande un peu à tous les croisements mon chemin. Entre les types qui comprennent mal et ceux qui disent n'importe quoi (mais très gentiment) j'ai quand même réussi à trouver mon chemin. Mais c'est vraiment sport, car les voitures déboulent de partout, faut vraiment être attentif. De temps en temps il y a aussi des obstacles supplémentaires, comme des vaches et des trous dans la route. Et le pire est de rouler à gauche, ça change toutes ses habitudes. Bref je suis rentré épuisé, mais très content!
Posted by Olivier Küng on Thursday 4 August 2005 at 18:33