Cette page appartient aux archives web de l'EPFL et n'est plus tenue à jour.
This page belongs to EPFL's web archive and is no longer updated.

Delhi-cieux!

nouveau site
le nouveau site est : http://delhi.noisy-streets.net
Posted by Olivier Küng at 10:41
déménagement
Euh oui, mon ancien site est mort, le type qui l'hébergeait a arrêté. Bon le temps que je remette quelque chose en place va falloir attendre les vacances!
Posted by Olivier Küng at 8:36
Comments (1)
hopla
Un petit message, pour signaler que c'était mon dernier post sur ce blog de l'epfl.
Trop restrictif, pas assez de contrôle...

Alors je vous présente le nouveau bébé:
http://delhi.killix.org

il se pote bien et les parents sont heureux
Posted by Olivier Küng at 20:07
Chandigar et Amristar
Que ça fait du bien un bon petit voyage! Ca change de l'excitation de Delhi.

Bon, alors résumons un peu ce qui c'est passé: vendredi Xavier et Romuald, les deux suisses qui devaient m'accompagner se sont chopés une bien belle tourista. Fièvre, vomis et tout le tralala. J'ai dû m'occuper d'eux l'après-midi, les emmener à l'hôpital. Très chouette l'hôpital. Ben ben enfait pas tant que ça, mais il est sur le campus et gratuit pour les étudiants. Le personnel est vraiment super sympa, mais pas très efficace. Et ne parle pas bien anglais. Surtout quand ils sont tous scotchés devant un des pires films d'action bollywoodiens (une vraie horreur...) à la place de s'occuper des urgences, ou encore que le médecin est parti pour un thé.

Mes deux camarades étant vraiment mal en point, je les ai laissé se faire dorloter par les infirmières. Ils sont revenus le soir, bourrés d'antibiotique et plutôt livides. Les autres francophones avaient tous déjà quelque chose de prévu ce week-end ( fumer à manali, glander à delhi...). Vu qu'on avait trois jours de vacances (lundi fête nationale d'indépendance) et que j'avais sérieusement besoin d'un voyage, alors zut me dis-je, je pars tout seul! Quand j'y pense c'est un peu mon premier voyage seul...
Bref, après un long sommeil de plusieurs heures (environ 4), je prends un rikshaw qui se perd dans delhi, et j'arrive une minute avant que le train ne parte! Ouf. Le train n'est pas trop bondé, le paysage est agréable.

Chandigar est une ville... étrange. On dirait un quartier résidentiel américain s'étant fait prendre d'assaut par des indiens. Le mélange est spécial. Un peu d'histoire (j'ai quand même visité le musée de la ville!): lors de l'indépendance, la région à été découpée n'importe comment. D'où les problèmes avec le cachemire. Bref, cet état, le Pendjab, s'est retrouvé séparé de sa capitale. Prenant peur devant la partition injuste, les musulmans fuirent vers la partie au Pakistan, alors que les sihks et hindous se réfugièrent en Inde. Devant cette masse d'immigrant, le premier ministre décida de construire une capitale! Il fit appelle des architectes américains et européens, et même LeCorbusier y participa. En gros, c'est ultra carré, la ville est composé une quarantaine de secteurs, bâtis selon la même logique. Il ne doit pas y avoir plus d'une dizaine de types de maison différents. Pour rendre le tout un peu vivable, il y a une multitude de parcs et de jardins, très bien entretenus. Les maisons commencent un peu à tomber en ruine, les indiens n'aidant pas. Les bâtiments administratifs sont tout droit dans la lignée Corbusier: énormes, massifs et bétonnés.

En arrivant, je me pose dans le Rose Garden, la plus grande roseraie de l'Inde. J'y ai fait sensation, j'avais un joyeux groupe autour de moi alors que je me reposais du voyage et que je feuilletais nonchalamment mon vieux routard.

Je visite les musées locaux, un d'art/histoire et l'autre sus-mentionné sur la ville. Intéressants, instructifs. J'adore particulièrement l'exposition des miniatures indiennes. Il y a une multitude de détails et c'est toujours marrant d'essayer de reconnaître les différents dieux (un peu comme Charlie).

Dernière destination de la journée, le Rock Garden. Nek Chand est un inspecteur de la voirie qui passait son temps à récolter des objets dans la rue et à les assembler afin de construire son monde imaginaire, fantastique et franchement génial. C'est entre l'art brute, naïf et le bucolique. On déambule à travers de petits chemins labyrinthiques (oui, ce mot existe) dans les différentes parties du parc. On y croise des murs entièrement incrustés d'assiettes cassées, des cascades avec des ponts, des figurines et animaux en rang d'onion, des parois de petits cailloux posés délicatement les uns sur les autres... Bref, un bon gros délire, romantique tout plein ( beaucoup de jeunes couples, j'en ai même vu un s'embrasser!!). Le parc était plutôt grand, j'y suis resté plusieurs heures à déambuler gaiement et à prendre des photos. C'est vraiment une des dernières chose que je m'attendais à voir dans cette ville. L'Inde est définitivement pleine de surprises!

Le lendemain je prends le bus pour Amristar. 5H30 de trajet, 110 roupies (moins de 4 francs...), le bus trace bien et s'amuse à dépasser un peu n'importe qui sur la route. Le centre ville est bruyant, pollué et vraiment agressif. Il fait un soleil de plomb, alors je vais faire une petite sieste dans le dortoir d'une petite guest house. J'y rencontre un couple d'espagnols qui me proposent de venir avec eux à la frontière pakistanaise. Chaque soir, il y a une cérémonie célébrée en grandes pompes afin de fêter la (relative) paix entre les deux pays et de fermer la frontière pour la nuit. La meilleure analogie qui me vient en tête est une sorte de match de foot inter hostel, mais avec plusieurs milliers de supporters. Ce sont quand même de grands fanatiques. Mais très disciplinés! Des grands gradins ont été montés et les gens crient sagement, mais avec force et conviction ce que le leader clame. Et applaudissent au bon moment, lorsque les militaires le leur font sentir... De plus, c'était la veille de la fête de l'indépendance et je crois l'anniversaire de ce poste de douane. Bref, il y avait vraiment trop de gens, ça débordait de partout! La petite vidéo montre bien l'ambiance. Les policiers étaient submergés et n'arrivaient plus vraiment à contenir les gens, alors ils envahissaient tous les recoins, se mettant même en plein chemin des types de la cérémonie. Il y a eu un massacre chez nos amies les fleurs qui ont eu le malheur de pousser là où il y avait de la vue.
Le lendemain, je me suis rendu au Golden Temple. C'est le lieu le plus saint des sikhs. D'ailleurs, c'est l'état qui compte le plus grand pourcent de sikhs, ça tombe bien. Bref, je me ballade pieds nus et tête couverte autour de cet énorme temple d'or (recouvert de plus de 750kg de métal précieux!). Tout comme dans celui de Delhi, il y a une énorme cantine gratuite. Il y a des rangées de longs tapis où l'on s'assoit en tailleur l'en à côté (et en face) des autres. Je suis le seul occidental de la cantine (pas plus de 300 personnes) alors je ne me sens pas trop observé. C'était sobre mais très bon (quoique un peu lourd à 10h30 du mat).

Le temps de glander un peu dans la vieille ville, hop, me voilà de retour dans le train, où je vais être tenu au chaud pendant 8 heures. Pas de bol, il est sur bondé cette fois, alors je me fais un peu écraser par un gros monsieur. C'est pas non plus très malin de se mettre à 5 sur une banquette de 3.

J'arrive à Delhi vers 23 heures, bien crevé et je me glisse dans mon lit bien content de mon voyage!
Posted by Olivier Küng at 19:59
Namaste
Je viens de sortir de mon premier cours d'hindi! Ca n'a vraiment aucun rapport avec les langues occidentales... Bon, j'imagine qu'on s'en doute bien, mais ça ne facilite pas vraiment son apprentissage. Surtout quand il faut dire « Aapse Milkar bahut khushi huyee! » pour « enchanté !»
Bref, y'a encore du boulot. Ce sont deux étudiants du club de hindi de l'IIT (?!?) qui se sont portés volontaires pour nous enseigner les bases de l'hindi orale. Alors on est environ cinq (presque que des suisses!) à suivre deux cours par semaine. C'est vraiment super sympa.

Edit: bon il paraît alors qu'il y ait quand même un petit rapport entre ces langues... pour plus d'infos jetez un coup d'oeil sur wikipedia. On y apprend que le mot pyjama vient de l'hindi!

Allez, un petit peu d'air pour mon ami Joël pub qui à son propre blog
! Il y est question de pancho, de faritas et de sombrero. D'ailleurs vu que je suis en plein moment copinage, un petit clin d'oeil à notre ami Yohann "el guapo salsa macho" qui vous emmènera au pays magique des passitos. Voilà, mon petit Philippe, on compte sur toi pour nous faire un tabernacle à deux étages de calice d'hostie de christ de site. Ah oui et encore tous ceux qui sont partis en voyage, histoire de voyager un peu avec eux. Hop je rajoute en prime le lien vers les 5 jours du léman, où l'Agepoly4 à bien dominé la course (bravo sam et andy!).

En parlant de voyage: ce weekend, c'est Chandigar et Amritsar, deux villes pas trop loin (~500 kil). La première est réputée pour son architecture, faite sur des plans de LeCorbusier. C'est un peu une ville utopique (dystopique?) prévue pour loger un demi million d'habitants. Bon là ils sont 700'000, mais en se poussant bien, je suis certain qu'il y aura de la place dans les hôtels. La deuxième est connue pour son temple d'or des sihks (ceux qui ont un turban sur la tête) et pour son émeute massivement repoussée par l'armée il y a vingt ans. Et c'est juste vers la frontière pakistanaise. Départ samedi matin, 6h! Bref, photos et impressions au retour.

Sinon pour les nouvelles du bord: j'ai un joli tapis dans ma chambre (le plaisir de proguer à pieds nus...); on a finit notre petite installation cuisine dans la chambre de celui qui est parti (le plaisir de manger des pâtes... sans épices!); mon ventre est de nouveau solide comme des briques (le plaisir de pouvoir rebouffer épicé sans trop souffrir le lendemain); j'ai un nouveau engin à deux roues, mais je n'ose pas l'appeler vélo... il n'y a pas vraiment de frein, la roue avant est joyeusement voilée,etc... mais c'est quand même un plaisir de se déplacer ainsi; et j'ai enfin une connection à internet décente (le plaisir de pouvoir skyper... mon pseudo est sm_o_king)
Bref, tout ça pour parler de plaisir et pour faire une phrase énorme et bien lourde.

Et je pense commencer plutôt à écrire dés maintenant des articles sur des thèmes bien précis, des voyages et des anecdotes. Allez, au moins un par semaine! Avec un peu de chance, mon style s'améliorera avec le temps et qui sait, devenir moins confus (bref, bon, heu, ... ).
Posted by Olivier Küng at 20:57
Comments (2)
semaine de cours et weekend
Les jours passent, je commence gentiment à prendre mes habitudes ici. Quoique l'on saute souvent de surprise en surprise... Le mardi j'ai eu une journée bien chargée en cours, j'ai fini à 4h . Et j'ai passé le reste de l'après-midi à m'occuper de ce petit rigolo d'estomac qui me rappelle qu'il a de la peine avec la bouffe trop épicée... J'en ai quand même profité pour braquer l'épicerie du coin avec un français, pour leur dévaliser leurs stocks de pq, détergent et biscuits au chocolat. Mhhh que c'est bon le chocolat!
Mercredi ça allait un peu mieux. Alors après les cours et la course aux profs (je n'ai toujours pas fini de rencontrer tous ceux que je dois voir), je suis allé à Neru Place. C'est le marché informatique là-bas. Et c'est réellement impressionnant! Il doit au moins une soixantaine de magasins d'info côte à côte (parfois entrecoupés par un magasin de vêtement ou de bouffe). On y trouve un petit gros au milieu de montagnes de cd vierges, entouré par un réparateur au fer à souder de composants et un magasin hyper luxe climatisé et écrans plats géants. La plupart des magasins vendent la même chose, mais vu que les prix ne sont pas fixés, on peut bien négocier. En gros, les accessoires sont vraiment moins chers, mais les composants de base sont au même prix que la Suisse. Je me suis acheté un casque micro de bonne qualité pour moins de 5 francs, et j'ai craqué pour une boule de massage USB. Oui, je sais c'est complètement stupide, mais elle m'a fait les yeux doux. Il y a aussi un peu partout des mecs un peu louches qui murmurent quand on passe à côté « do you want some software? ». Bref j'adore l'ambiance, j'y suis resté bien 3 heures à butiner dans les différentes échoppes.
Jeudi, juste une petite heure de cours et je passe mon après midi au Foreign Office afin de m'enregistrer (obligatoire). Après une petite dizaine de formulaires à remplir, photocopier, signer et contre signer, je suis en possession de ma carte de résident indien! En gros, elle me permet surtout de bénéficier des entrés aux monuments et musées au même prix que les indiens, sans devoir payer la taxe touriste. Niveau école j'ai réussi à contacter tous mes profs, donc tout va bien. J'ai juste encore quelques problèmes dus au fait que je n'appartienne pas à une classe: les profs décident de déplacer les cours en avertissant uniquement la classe. Bon pas grave, ça devrait se stabiliser la semaine prochaine. En plus j'ai rencontré des étudiants qui m'avertissent par email de tout ce qui se passe.
Vendredi. Un téléphone portable étant vraiment pratique (surtout quand pleins de gens te donnent le leur), j'ai décidé de m'en acheté un. J'ai trouvé un magasin sympa dans le petit village qui est enfait tout juste à l'extérieur du campus. Pour y accéder, il existe une sorte de pseudo chemin gardé par une sorte de sécuritas dans un peu de forêt, mais qui sert aussi de déchetterie, d'urinoir et pleins d'autres chose dont je ne veux même pas savoir : en gros ça pue et c'est dégueulasse. Alors je cadenasse mon vélo à l'entrée du petit chemin, et je me rends au magasin. Je m'achète le moins cher, un samsung pour 70 francs, mais pas un GSM, un CDMA comme aux états-unis. C'est une sorte d'offre prepaid. Les conversations sont de l'ordre de 1 roupie par minute, soit un franc pour une demie heure de blabla. Ou alors 50 centimes pour appeler la suisse. Je reviens tout content, à part que mon vélo, ben il a disparu. Volé! Ils n'ont même pas pris la peine de faire sauter la chaîne, ils ont juste porté le vélo. Alors je rentre moins content chez moi, avec plutôt la furieuse envie de casser la gueule au premier indien que je croise. Bon, c'est une bonne leçon pour moi, j'aurai dû le cadenasser à un poteau, et surtout pas à cet endroit. Je fais aussi plus gaffe à mes affaires chez moi. Surtout que quand je suis allé faire ma déclaration au security office, j'ai croisé un étudiant qui se baladait avec la serrure de sa chambre, car quelqu'un était rentré par effraction et avait volé tout son cash.
Le soir je vais à old delhi, où j'ai rendez-vous avec michael et lydia, des amis de morges qui voyagent en inde. Le rickshaw qui m'ammène là-bas me remonte le moral, car il conduit super vite et comme un vrai malade. On se fait un bon petit resto (mhhh délicieux poulet!).
Je les rejoins samedi pour une petite ballade à old delhi. J'étais sensé guidé, mais bon on s'est un peu trompé de direction, ce qui fait qu'on est arrivé dans des petits endroits trop cool. Comme par exemple au marché qui vends des tonnes de boulons et autres grosses machines. En chemin j'ai trouvé aussi un cuvette de wc (pour les toilettes de l'hostel) et une plaque chauffante électrique. Il nous manque plus qu'une casserole, une passoire, des couverts, du sel et des pâtes et on pourra enfin manger quelque chose d'autre que du riz dans notre chambre!
On s'est rendu ensuite a Connaught Place pour se faire un bon petit film. Enfin, petit est relatif, il a quand même duré 3 heures plus entracte, ce qui est normal pour un film indien. On était à la séance de 6:30 donc il n'y avait pas beaucoup de monde dans cette énorme salle. On a pris les places au balcon. Dés que le film commence, on en prend plein les mirettes: le son est super fort, et ça commence directe par une chanson bien entraînante, pleine de couleur et qui flashe encore plus qu'un clip de MTV. D'ailleurs heureusement que le son est trop fort, ça couvre le son des gens qui parlent (entre eux ou au téléphone), rigolent à voix haute, applaudissent! Sans compter les familles qui viennent avec leurs rejetons et même bébés qui ne se privent pas de gueuler la moitié du film. Des enfants dansent aussi dans les couloirs pendant les chansons! Le film était en hindi, mais pas trop de problème à comprendre l'histoire tant que c'était basique. En gros, c'était l'histoire de bonnie et clyde. C'est assez incohérent, pleins de bons sentiments, esthétique et ça nous a fait un joli voyage dans toute l'Inde. Il y a des parties bien longuettes (surtout entre les chansons, quand ils se prennent au sérieux), mais on est ressorti bien content.
On est allé ensuite se faire un petit resto bien typique, genre taverne un peu paumée, où l'on a dégusté un super butter chicken délicieux, mais ô mon dieu épicé. On a tous fini avec la bouche en feu!
Posted by Olivier Küng at 11:32
Comments (5)
lundi
Lundi matin: comme d'habitude, je me réveille en sursaut (le réveil que j'ai acheté n'a pas sonné...) à 7h20 alors je me dépêche et je file à l'école. Sauf que cette fois-ci j'ai un vélo, ce qui fait que j'arrive largement en avance. Pas grave. Mon cours est un cours d'humanities. Le prof arrive (on s'y fait...) en retard, parle tout doucement et n'arrête pas de s'éponger délicatement avec son petit mouchoir. Il nous balance un cours bien théorique sur la psychologie, bref, c'est pas génial. Je vais voir s'il n'est pas possible de changer ce cours, surtout que j'ai vu qu'un cours de « sociology of India » existe. J'ai une heure de blanc ensuite où je dois contacter un tas de profs pour un autre cours. La plupart du temps, ils me renvoient vers un autre prof qui souvent n'est pas là.
Bon, le deuxième cours commence, recherche opérationnelle. La classe est vraiment sympa, on est resté l'heure d'après à papoter. J'ai reçu pleins de numéro de tel, en me précisant bien que je pouvais appeler pour le moindre pépin. Et mon dernier cours est Vérification d'Automate, qui à l'air bien dur, mais super intéressant. En gros, c'est la suite d'info théorique 3, avec des algos en plus.
L'après-midi est consacré au repos, car un petit mal de ventre est entrain de me taquiner...
Je vais assister un moment au match de foot interhostel, car ça vaut vraiment le détour. La compétition est énorme entre les 8 hostels, à tel point que lorsqu'une équipe s'entraîne, il est impossible de venir s'entraîner avec eux. En fait au début de l'année il y a donc un grand match entre les hostels, et les deux moins bons n'ont plus le droit de participer aux matchs durant le reste du semestre à ce que j'ai compris. Et les matchs... c'est du grand n'importe quoi! Les terrains sont bons, il y a un vrai arbitre. Alors les indiens sont vraiment mauvais en sport. Des vrais quiches. Notre équipe était composé de 4 blancs et 3 indiens! On a quelques français qui se débrouillent vraiment bien. Et l'ingrédient indispensable aux matchs sont les supporters. Au moins la moitié du hostel se déplace pour encourager l'équipe. Et pas n'importe comment, ils sont bien disciplinés! Le leader lance un jaï Kumaon ( allez, kumaon!) et les autres le reprennent en choeur. Ca s'applaudit, ça gueule, et le plus drôle c'est que l'équipe adverse à la même chose. J'en ai pris des vidéos, je les mettrai online dés que j'aurai une meilleure connection. On a gagné le match, on arrive en demi finale.

et une photo de ma chambre avec ma moustiquaire (trèèès utile!)
Posted by Olivier Küng at 19:28
weekend et old delhi
Le soir pour fêter le week-end, on est tous allé manger dans un bon petit resto (qui était par contre ultra climatisé, on se les gelait). Bien épicé, évidemment. On a même pu commander des bières, et les bières en bouteille ici font 600 ml. Bref une soirée sympathique. Après une bonne nuit de sommeil, on est parti le lendemain à Old Delhi. C'est assez loin, genre de l'autre côté de la ville. IIT est au Sud, alors que old delhi au nord. Alors on a pris le rickshaw jusqu'à la moitié pour ensuite rentrer dans le métro tout neuf. Il a quelque chose comme 2 mois. Et quel choc une fois entré dedans!! C'est un des plus beau métro que j'ai jamais vu. Hyper clean, des petites plantes partout, détecteur de métal et fouille à l'entrée, bien climatisé, des panneaux d'affichage bien foutus... non, vraiment rien à redire. Il n'y a plus de tickets, mais de jetons qui marchent comme dans les stations de ski, il suffit de les approcher de la machine. Quand on sort, la station n'est pas tout à fait terminée, et ça fait un sacré contraste. Des gens traînent parterre, d'autres veulent absolument te cirer tes sandales (!), le chemin n'est pas terminé et c'est maladroitement écrit
Le meilleur moyen de décrire old delhi est de la comparer avec une fourmilière énorme, chaotique et bordélique. Des petits marchants partout, dans les petits magasins, sur le trottoir, dans la rue... vraiment n'importe où. On peut y acheter de tout ou de rien, surtout de la camelote, mais aussi des produits plutôt de luxe, le tout l'un à côté de l'autre, sans gêne. Ils sont plutôt regroupés par spécialités, comme les lunettes, les draps, les bouts de voiture... On peut littéralement construire sa voiture pièce par pièce dans une rue! En premiers les clefs, les boulons, puis les amortisseurs, pneu, moteur, par choc etc. C'est réellement impressionnant. On est allé se perdre dans les petites ruelles les plus inaccessibles, et même au bout il y a encore des marchants. On se demande comment tous ces petits stands arrivent à survivre, surtout qu'ils vendent pratiquement tous la même chose. Et il faut toujours faire attention à ne pas se faire renverser par les rickshaws qui se faufilent dans ce bordel. On rentre assez tard, complètement épuisés par cette ville. Le temps de prendre une douche et de manger à un resto/cantine du campus et on file à un sorte de bar à narguilé.

Le lendemain, retour à Old Delhi, mais qu'à trois pour une visite un peu plus touristique. On visite la mosquée, on prend des photos et on monte sur le minaret. Très belle vue de Delhi! On voit des maisons à perte de vue... 12 millions d'habitants là dedans quand même! On en profite aussi pour aller voir un temple sihk (ce sont les gars avec le turban) qui offre 300 places pour dormir gratuitement à tout le monde, des repas et un lieu de prière. Etonnante communauté. On marche ensuite vers le Gandhi mémorial. Un musée assez intéressant, avec pleins de photos et même des reliques, genre le bâton de gandhi, un draps sur lequel il a dormi, la balle qui l'a traversé...
Soirée tranquille, on mange à la cantine et un peu d'administration m'attend.
Posted by Olivier Küng at 18:36
Première journée de cours
Bon ça démarre un peu vite car je me réveille vers 7h20 et je n'ai toujours pas de vélo! Alors pas de petit déj, je file à l'uni (je m'achète quand même une boite de biscuits au passage). Je trouve assez facilement ma salle de cours (j'ai tellement couru dans dans ces couloirs hier...). Bon, les classes, c'est... mmhh rustique! De la place pour une 40 de personnes, des ventilos au plafond qui tournent à fond (qui font pas mal de bruit mais qui ne rafraîchissent pas tellement), un prof sur une petite estrade et un tableau noir déjà bien utilisé. D'ailleurs, il vaut mieux arriver 5 minutes en avance, car de temps en temps le prof décide de changer de salle de cours... Alors j'ai assisté à trois cours: le premier avait l'air sympa, mais j'ai déjà vu toute la matière, donc je vais le laisser tomber. Le deuxième était bien de mon niveau, tout va bien. Et le prof est vraiment spécial! Il a commencé à parler d'arts et de criquet dans son introduction, en nous disant qu'il allait nous apprendre bien plus que de la recherche opérationnelle. Il a même prévu de faire une sortie de classe dans un musée. Et le troisième le cours était beaucoup trop avancé pour moi, les étudiants étaient plutôt des doctorants, et il fallait faire de la recherche, des présentations etc.
L'après-midi, j'ai le temps d'aller au Youssouf Market pour acheter mon vélo. Il y a deux magasins, je rentre chez Suprem Cycle and Co. Leurs occasions étant vraiment pourries (roue pliée en deux, pas de freins etc...), je regarde leurs vélos neufs. Mhh ça sent le bon vélo! Après une bonne heure de négociations (sans exagérer) je prends un petit rouge comme le vieux de papa. Hou il me plaît celui-là. 1300 roupies, donc moins de 40 francs. Bon, il n'est pas encore tout à fait finit, alors ils tapent (littéralement) dessus à coups de clef à molette pour régler les freins, la selle et tout. Et le plus impressionnant est qu'il est parfaitement réglé! Ils ont le coup de main...
Bref je rentre avec mon super vélo, forcément je me perds dans les petites rues, alors je demande un peu à tous les croisements mon chemin. Entre les types qui comprennent mal et ceux qui disent n'importe quoi (mais très gentiment) j'ai quand même réussi à trouver mon chemin. Mais c'est vraiment sport, car les voitures déboulent de partout, faut vraiment être attentif. De temps en temps il y a aussi des obstacles supplémentaires, comme des vaches et des trous dans la route. Et le pire est de rouler à gauche, ça change toutes ses habitudes. Bref je suis rentré épuisé, mais très content!
Posted by Olivier Küng at 18:33
Administration...
Bon finalement on dort plutôt bien dans ce lit, il fait juste un peu chaud mais je n'ai pas été trop embêté par les moustiques. Journée administrative aujourd'hui alors. Pas très motivant tout ça. Je prépare mes papiers et ensuite je transpire jusqu'au main building. Faudrait vraiment que je pense à m'acheter un vélo! Alors je passe chez Mr Monga, un gros barbu vraiment sympathique. Il me file à l'un de ses assistants avec un grand sourire et en me levant les 2 pouces. On trainasse un moment à remplir des papiers, donner des copies et autres. Heureusement que mon coloc m'a dis quels papiers prendre, donc cela a pris 1 heure à la place de plusieurs jours pour les autres. Je rentre manger à la cantine, c'est pas mauvais, riz et truc aux légumes. Je retourne l'après-midi pour m'inscrire à mes cours, sous un soleil de plomb. Le type est coopératif, il connaît certain de mes profs à l'epfl. On conçoit un joli planning, mais avec encore beaucoup de points d'interrogation. Alors je passe le reste de la journée à marcher en long et en large dans l'uni à la recherche de profs (souvent absents) pour discuter de leurs cours. Epuisant! On mange à la cantine le soir, c'est n'est pas trop mauvais, c'est même plutôt bon. On est tous assis sur des grandes tables métalliques et on va chercher notre riz vers la cuisine. Des types se baladent avec des nans pour les distribuer.
Posted by Olivier Küng at 18:18
Page : 1 2 Next »