Cette page appartient aux archives web de l'EPFL et n'est plus tenue à jour.
This page belongs to EPFL's web archive and is no longer updated.

La S3, les pôles, la politique de la concurrence

La S3, les pôles, la politique de la concurrence

 

Merci Frédéric pour tes remarques très pertinentes sur la relation politique d’innovation-droit de la concurrence. Elles tombent à pic ! Et d’une certaine façon une S3 bien comprise et bien appliquée évite le problème puisque - comme déjà dit – les priorités sont constituées par des activités nouvelles. Au bout de quelques années (disons 5) ; ces activités ont peut-être réussi  ou ont peut-être échoué ; en tout cas elles ne sont plus nouvelles ! Ayant perdu cette qualification, elles doivent sortir de la S3 pour permettre l’entrée de (vraies) nouvelles activités ; et ainsi de suite. C’est un principe essentiel que les théoriciens de ce que l’on appelle  la nouvelle politique industrielle  (famille à laquelle j’aime bien rattacher le concept de S3) ne manquent jamais de rappeler. (Je pense aux travaux de P.Aghion ou évidemment à ceux de A.Rodrik). En appliquant rigoureusement ce principe ; ce que veut faire par exemple la région Aquitaine, on harmonise politique d’innovation et politique de concurrence ; ce qui effectivement n’est pas forcément vrai dans le cas de pôles soutenus durant de très longues périodes par des financements publics.

Il y a évidemment une tension - qui avait été bien relevée en Alsace -  entre la nécessaire continuité des financements et ce principe de renouvellement (entrée et sortie). Mais cette tension est à mon avis assez facilement surmontable en prenant les bonnes échelles de temps (il faut répondre à la question : quand est-ce qu’une activité prioritisée ne sera plus considérée comme nouvelle ?) ainsi qu’en mobilisant d’autres instruments – plus competition friendly (plus horizontaux en fait) - pour le financement des activités arrivées à maturité

Je suis preneur de l’issue paper de la DG competition – où le trouver ? Merci d’avance !

Posted by Dominique Foray on Friday 8 February 2013 at 17:08
Comments
Merci pour ces précisions et l'idée de bâtir une argumentation sur la base de la notion d'"activité nouvelle". Je pense cependant qu'il faudra que les services de la DG Regio négocient préalablement cela avec leur collègues de la DG Concurrence.
De part ma formation initiale, j'ai pu mesurer à que point une architecture juridique mal calée peut réduire à néant les intentions les meilleures. C'est en effet sur un simple détail juridique que toutes les régions de France sont actuellement aux prises avec les affres de la requalification de centaines (et probablement de milliers) d'opérations qui ont été financées au titre du dispositif "actions collectives".
En région Centre, nous avons pu avancer dans le domaine de la S3 grâce a beaucoup de pédagogie, de temps, de discussion avec l'ensemble des acteurs. Nous en sommes à un stade où nous passons nos 7 pistes de domaines potentiels de spécialisation (DPS) au crible des critères de la "compatibilité S3". Je puis t'assurer qu'il suffirait que quelqu'un pose la question "mais est on sûr que l'on pourra financer les actions permettant l'émergence des DPS en conformité avec les encadrements des aides d'Etat pour 2014-2020 ?" pour que les décideurs aient la tentation de revenir aux anciennes formules.
Le risque de se trouver limiter est d'autant plus réel, à mon sens, qu'il s'agit de stimuler l'investissement privé prioritairement. Je ne peux imaginer que la DG concurrence ne s'en préoccupe pas.
Si certains lecteurs pouvaient me rassurer, j'en serai fort heureux!
Et pour ceux qui s'intéressent à SAM (state aids modernisation), tout est là : http://ec.europa.eu/competition/state_aid/modernisation/index_en.html
Posted by Frederic Pinna on Saturday 9 February 2013 at 17:07
A. Rodrik ou D(ani) Rodrik ??
Posted by Frederic Pinna on Saturday 9 February 2013 at 22:46