Cette page appartient aux archives web de l'EPFL et n'est plus tenue à jour.
This page belongs to EPFL's web archive and is no longer updated.

Quelle ingéniérie financière pour la S3?

Une réunion intensive avec Frédéric Pinna (Région Centre)  le 6 Mai a permis, entre autres, d’évoluer sur un point important. Un point jusqu’à présent encore négligé par les acteurs de la S3 mais qui devient crucial au fur et à mesure que les choses se précisent.

Il s’agit de la question des outils de financement ou comment concevoir une ingéniérie financière adaptée à la S3 ? Celle-ci engendre d’une certaine façon de nouvelles formes ou morphologies d’objectifs : on veut soutenir des activités nouvelles, exploratoires et expérimentales – qui sont difficiles à saisir. Comme nous l’écrivons dans un premier policy brief de la plate-forme S3 de Séville qui va sortir sous peu : « the notion of a new activity is somewhat fuzzy. Of course economic activities take place at firm level, but the essence of S3 is not to favour one particular firm but to support the development of collective action and experience aiming at exploring, experimenting and discovering new opportunities » (Foray & Goenega, 2013). Se pose donc la question des outils financiers adéquats. Par exemple, si l’on décide de prioritiser l’activité d’exploration et expérimentation de nouvelles applications nanotech pour moderniser l’industrie du caoutchouc – c’est sans doute une excellente priorité – mais comment la financer ? Il n’est pas évident que l’on trouve les instruments adéquats dans la boîte à outil standard qui est plutôt adaptée aux financements horizontaux et aux aides sectorielles. Je n’ai pas de réponse instantanée mais avec Frédéric nous étions d’accord sur le fait que la question est centrale et urgente au moment où on commence à travailler sur les programmes opérationnels en articulation avec la S3. J’espère vos commentaires et vos lumières sur ce sujet. D'avance merci!

Posted by Dominique Foray on Wednesday 15 May 2013 at 16:38