Cette page appartient aux archives web de l'EPFL et n'est plus tenue à jour.
This page belongs to EPFL's web archive and is no longer updated.

Blog personnel de Etienne Jodoin

Objectif Novartis
Cela fait maintenant plus d'un mois que je suis à Bâle. Je peux vous dire que ça fait vraiment changement de l'inde! Disons que la seule arrivée en terre helvétique m'a fait un choc. En effet, la solitude et le vide semblait me rattraper. Les rues en Suisses semblent tellement vides et mortes comparées à celles de l'inde tellement pleines et vivantes. Mais bon, comme Parizeau a dit lors de la défait référendaire en 95 : "On se crache dans les mains pis on r'commence! ".

Fake là chu à Bâle et j'essaye paresseusement d'apprendre l'allemand. Mais ça va très lentement. Mes colocs parlent tous très bien anglais et français alors on finit souvent par parler anglais. En plus comme vous le savez, j'ai pas la langue dans ma poche donc toujours devoir chercher un mot hyper simple comme "simple" ou "pour" ou d'autres mots clés tellement important pour parler, ça m'énerve et je finis ma phrase en anglais! Mes colocs sont SUPER sympas! Je suis bien content de les connaîtres et d'avoir tombé sur eux car ce sont des gens simples mais débordants de vie. Je dois vous avouer que j'avais peur de tomber sur des types qui auraient alimentés encore plus mes préjugés sur les allemands ! Bâle est tout de même une très belle ville et plate contrairement à Lausanne ! Se promener en vélo sur le bord du Rhin est une expérience que je vous conseille tous même si vous détestez le vélo (mais bon je vais pas vous forcer hein!). Le centre ville est assez animé. C'est aussi une ville très culturelle avec beaucoup d'artistes et de musées. C'est donc parfait pour moi !

Sinon, j'ai commencé à bosser pour Novartis... Bon pour le projet je vais pas l'expliquer dans mon blog (en plus qu'il y a des trucs confidentiels, chuuuut!), si vous êtes VRAIMENT intéressé par ce que fait un informaticien pour son projet de master, vous n'avez qu'à me le demander. Mais pour ce qui est de l'entreprise, c'est vraiment fucking big!! J'ai bureau au dernier étage d'un gros édifice à bureau avec une belle vue sur la forêt noire alors c'est pas mal. Aussi toute l'unité parle français là-bas. La majorité des membres du groupe sont français ! Il n'y a qu'un seul type pour qui on doit parler en anglais alors vous pouvez imaginer mon niveau d'allemand (enfin y a rien à imaginer finalement!).

C'est drôle parce que chaque fois que la femme de ménage passe pour ramasser la poubelle, je m'imagine quand je ramassais les poubelles dans les bureaux de l'hôpital Rivière-des-prairies. Je me sentais tout le temps de gêner de les déranger. J'ai toujours envie de lui parler mais puisque je parle pas l'allemand...
Posted by Etienne Jodoin at 12:22
Comments (2)
Traumatisme indien
Cherchez l'erreur... Simon et Aniruddha devraient la trouver facilement.

Posted by Etienne Jodoin at 12:57
Comments (2)
Bombay puis retour en Suisse
Je suis parti tôt le matin de Bangalore pour retourner à Lausanne. J'ai pris l'avion pour passer une journée à Bombay. Je me suis bien prélassé dans un hôtel de luxe mais j'ai quand même passé quelques temps dans la ville. Puisque j'étais sur la côte et que je n'avais pas encore vu la côte, j'ai décidé d'aller à la plage. Après avoir donné quelques biscuits à des enfants, j'ai eu l'honneur de parler avec un étudiant en médecine en vacance dans la ville. Après son diplôme, il allait partir au U.K. pour son P.H.D. Il m'a payé un drink! Hé oui comme quoi c'est pas tout le monde là-bas qui demande de l'argent. J'ai aussi rencontré un mec qui tentait sa chance à Bollywood! Il était motivé mais trouvait que les standards Bollywoodiens manquaient d'originalité. C'est pas moi qui le dit! Pour ma part je suis pas trop fan de ces films mais on m'a dit que c'était intéressant d'en voir un dans un cinéma indien. Too bad! Une autre fois peut-être!

Je suis revenu tranquillement à l'hôtel en prenant le bus quand la pluie s'est mise à tomber. C'était énorme! A peine sortit du bus que j'étais trempé de la tête aux pieds! J'ai bien compris pourquoi il y avait eu des innondations ici. Les routes commençaient déjà, après quelques minutes de pluies, à s'engorger d'eau. Je suis revenu sain et sauf dans mon hôtel, dans mon petit confort occidental. Je suis parti vers Frankfurt le lendemain matin avec bien des questions mais peu de réponses... J'espère que je vais y retourner un jour.

Posted by Etienne Jodoin at 12:48
Independance day à Ooty
Le lendemain, moi et Mélanie se sont levé à 6h le matin pour aller dans une ville du Tamilnadu très proche du parc national. C'est une ancienne colonie d'été du gouvernement britannique. Arrivé là-bas, nous étions surpris du nombre de chrétiens. Il y avait des églises partout. La ville est construite dans une vallée à 2400m d'altitude. Personnellement, je trouvais pas qu'on était à 2400m si on compare avec les alpes. Là, il faisait assez chaud et une végétation très luxuriante alors que passé 2000m dans les alpes, il n'y pratiquement aucun arbre. La ville est très charmante et les vendeurs n'étaient pas du tout harcelants. On s'est donc tranquillement promenés dans la ville. On a parlé un peu avec les gens, pris un petit thé par ci, un fruit par là. C'étais vraiment bien. L'hôtel aussi était super. Elle avait tout ce qu'il fallait. Il y avait aussi beaucoup de drapeau de l'inde et c'était très beau à voir.



Le lendemain, on est parti sous une bonne pluie froide, en expédition dans la région. Le début fut assez moyen puisque la visibilité était pratiquement nulle à cause de la pluie. Mais vers la fin de l'avant-midi, la pluie diminua et on pu admirer les champs de thé aux alentours de la ville. Il y en avait vraiment partout. On a mangé dans un petit restaurant dans un vraiment petit village perdu dans les montagnes. Le thé était excellent et le chatney était aussi très bon. C'était un mélange de coconut et d'arachide. On est reparti pour gravir une colline près de ce village. Sur notre passage on a rencontré une tribus toda. Notre guide nous a montré leur temple. C'était une simple hutte modestement décoré d'un buffle sur la facade avant. Il y avait une porte dont le diamètre ne dépassait celui d'un gros tronc d'arbre, permettant au prêtre de rentrer à l'intérieur. Ce sont des gens qui n'ont pas de dieux mais qui voue un culte à la nature. On a finit gravit la colline pour avoir une vue magnifique sur la région. Il y avait par contre un vent assez froid, donc nous ne sommes pas restés longtemps. On est reparti à Ooty en fin d'après-midi. C'étais notre dernier périple. On a souper et on est tranquillement revenu vers la gare routière pour prendre un bus de nuit pour Bangalore.



Ah oui la dernière photo à droite, montre un tas de pierre en haut de la colline qui ressemble à une face de singe. Cool hey!
Posted by Etienne Jodoin at 12:17
Arrivé de Simon et parc National
En revenant de Hampi et Badami, un nouvel ami apparu dans le décor. Simon, un être bien énergique et dont la chevelure relevait de l'époque Mérovingienne venait d'arriver à Bangalore. Nous avons donc passé un peu de temps là-bas. On a vu un petit spectacle sous la pluie. Les costumes étaient très beau mais la pièce était en Kannara alors on comprenait rien. De plus, même avec les protections pour les oreilles, le son était tellement fort! En fait, tout le long du voyage on trouvait que les gens là-bas aimaient bien le bruit fort et bien distortionné. Ca faisait différent de la Suisse où les cris des tortues étaient plus perçants que la voix des gens. Une journée on est allé voir un super film américain, mangé chez subway et pris un verre dans un bar de heavy metal. Hiiiiiiii! Tellement typique indien ça! Mais bon ça fait du bien une fois de temps en temps.



Bon blablabla et on est finalement parti de Bangalore pour retourner à Mysore pendant le week-end de l'indépendance. En fait la fête de l'indépendance était lundi. Evidemment la ville était bourré de gens, puisque tous les gens de Bangalore prenaient leurs week-end là-bas. Le lendemain on est parti au parc national de ... (je m'en souviens plus Mélanie :( désolé. Si t'as le nom, tu peux me le dire svp? ). En-t-k on a eu la chance de se promener en jeep sur des pistes pas très explorés par les touristes donc c'était vraiment chouette. On a vu des une famille d'éléphants sauvages. Ils traversaient gentiement la route lorsqu'un mâle aperçut une voiture un peu trop près. Il décida de la charger. La voiture dut décamper assez vite à son grand malheur! Les éléphants sauvages semblent très agressifs. On en a rencontré un autre la nuit. Il a traversé lentement la route pour se déplacer lentement dans la forêt. Sans qu'on s'en rende compte tout de suite, il avançait graduellement vers notre voiture pour pouvoir nous charger vers l'arrière. Jamadagni finit par comprendre l'astuce et mis plein gaz pour échapper au piège. Ouf!

On a rencontré aussi beacoup de cerfs. C'est de l'espèce de Bambi là mais je sais pas le nom en français. Ce serait pas : cerf de Virginie? On a pu aussi observer quelques oiseaux et cerfs sur une tour d'observation. Avec des jumelles ça allait bien. En revenant, plusieurs de l'équipe on vu un léopard mais en étant en arrière, j'ai rien vu. Par contre j'ai vu du caca d'éléphant et c'est fucking big! A la fin on a vu un gros buffle qui avait l'air pas très sympathique. La hauteur du bas de ses pattes jusqu'au dos fait environ 2 m. On pensait le recruter comme body-guard mais on doutait de ses capacités cérébrales. Après avoir souper et discuter avec notre ami Robert le scarabé (Simon, Mélanie et Aniruddha vont comprendre), nous sommes reparti la nuit. On a vu quelques lièvres et l'éléphant. Juste avant de revenir, on a aussi vu des sangliers sauvages.

Posted by Etienne Jodoin at 11:39
Ahh! Belle Badami!
On est ensuite parti pour Badami avec nos deux amis français. Nous voulions les initier aux bus en Inde... Eh bien nous aussi on a été initié! Après avoir attendu presque toute la journée un bus direct qui ne venait pas, nous avons finalement pris un bus indirect pour Badami et on est arrivé en fin de journée. Juste d'attendre le bus dans la ville de Gadag était toute une expérience. Un moment donné nous étions les quatre à discuter quand une horde d'indiens (pour la plupart jeunes et moustachu) nous a encerclé. Nous étions pris au piège. On ne pouvait pas sortir du cercle de monde sans les pousser un peu (surtout quand on veut aller pisser par exemple). On était l'attraction du village. Décidément, ces gens là n'avaient jamais vu de blanc. Je me sentais comme un bête dans un cirque. J'avais l'impression que je devais faire un spectacle pour les impressionner! Anyway, on a fini par partir manger pour avoir un peu de paix.

Le lendemain, on avait prévu une visite des grottes de Badami. Je ne vous parlerai pas trop des grottes car bien qu'elles étaient belles, moi et Mélanie étions pas mal tanné des temples alors on a pas trop retenu l'histoire de ces monuments. Ils ont été fondé vers le VIe siècle de notre ère par une vieille dynastie hindou et représentait pas mal les même patentes qu'on a vu à Belur, Halebid et Hampi. Un truc intéressant c'est qu'il y avait des croix gammés sur les toits. En fait durant mon périple en Inde, j'ai vu des croix gammés partout! Mais elle doit tourner dans l'autre sens que le symbole Nazi mais des fois, ils se trompent. De toute façon, les nazis pour eux ça veut pas dire grand chose je crois... Elle représente la roue de la vie ou un truc du genre. Il y avait aussi une sculpture que l'on voit à droite, qui montrait un mec qui tenait sa meuf dans les bras qui est en train de vomir parce qu'elle a trop bu! On ne voit pas très bien mais au pied du gars, il y a un chien qui lèche le vomit! Quelquefois, je les trouvait vraiment weird ces hindous!

Sinon après la journée fut moyenne. Un de nos amis français était malade et ne nous avait pas accompagné pour les grottes. On a mangé dans un restaurant assez moyen. Par contre, les clients se bourraient bien la gueule au whiski en plein après-midi. La ville était assez dégeulasse : il y avait de la merde partout et les égoûts étaient à ciel ouvert. On voyait des porcs partout qui fouillaient dans les déchèts et des mec bourrés qui pissait dans les déchets. C'est pas mal l'image que j'ai de Badami. Peut-être que c'est aussi parce qu'on en avait un peu marre ce jour là... Ché pas. En-t-k le souvenir que j'ai de cette ville est très ordinaire. Mmmmmmmmmmmmmm.....



J'aime bien la photo en bas. Elle fait pas un peu contraste? Et pendant ce temps, ces chers messieurs se prélassaient au whiski 40%, du vrai de vrai.

Posted by Etienne Jodoin at 22:01
Vijayanagara : le dernier empire
Après avoir visité Belur et Halebid mentionnés dans mon dernier mail, Mélanie est aussi tombée malade et nous avons décidé d'arreter temporairement notre périple pour nous reposer un peu. Nous avons donc pris quelques jours dans la "paisible" ville de Bangalore. Le trajet fut assez difficile car nous furent assis sur des planches de bois du matin jusqu'au soir dans un train bondé et puant. En plus, on était les deux assez faibles puisque moi je me remettais tranquillement de ma tourista et que Mélanie venait de l'avoir la veille!


Mais bon après avoir repris des forces à Bangalore, nous avons pris un train de nuit pour nous diriger vers Hospet, une ville située à quelques minutes de Bus de Hampi (alors que Mélanie dormait paisiblement comme à son habitude, moi je tentais péniblement de compter en vain, un trop grand nombre de moutons pour finalement passer une quasi nuit blanche dans le train). Arrivé à destination, nous étions déjà conquis par le charme de cet endroit : un vaste territoire de plusieurs kilomètres parsemé de collines rocheuses. Les rochers étaient immenses et on comprenait pourquoi les anciens habitants de cet endroit avaient facilement pu construire un grand nombre de temples et batiments. Je dis bien ancien car maintenant, il ne reste plus rien de cette immense capitale à part un petit groupe de maisons concentrées près du temple principal. Ceux-ci servent surtout à loger et nourrir les touristes que nous étions. Le site de Hampi est donc construit sur les ruines de la capitale de l'empire de Vijayanagara. Ce royaume pris naissance par une alliance de grandes dynasties hindous du sud de l'inde afin de contrer les musulmane au Nord du pays. A son apogé, il occupait tout le karnataka actuel, le Tamil Nadu et le Kerala.Pendant trois siècles, il réussit à tenir le coup puis s'effondra petit à petit ( les musulmans s'accagèrent la ville vers 1565). Anyway, on a pris un guide pour nous faire une petite tournée à pied la première journée. Nous avons rencontré une douzaine d'occidentaux et on a sympatiser avec eux. Le tour était génial! Surtout quand on monté au sommet d'une grande colline et qu'on a vu Hampi dans toute sa grandeure. On a aussi vu un gros Ganesh (le fils de Siva, un dieu à la tête d'éléphant), et un temple dédié à Vishnu ayant des sculptures montrant des scènes de Kamasutra. Il y en a des assez "hardcore", par exemple une fille qui se fait littérallement enculée par un cheval ou chameau. Hé oui ça faisait déjà dans la bestialité dans ce temps là!
Le lendemain, on a fait un tour en bicyclette avec le même guide et quatre occidentaux : deux francais et un couple de canadiens du Nouveau-Brunswick. En passant la nationalité occidentale qu'on a le plus croisé c'est les francais et je sais pas pourquoi... Ce tour était aussi incroyable! On a vu plein de temples et des statues. La photo de groupe que vous voyez à gauche montre les gens avec qui ont étaient. Moi je suis bien caché mais les autres sont assez évidents! Les autres sont des indiens qu'on ne connait pas bien sûr car on recontraient toujours depuis le début de notre voyage, des indiens qui voulaient se faire prendre en photo. La statue montre Narasimha, la quatrième réincarnation de Vishnu. Ce dernier s'est réincarné en homme à tête de lion pour tuer un démon, il le place sur un plateau et lui ouvre les intestins pour les bouffer! Je le trouvais trop génial comme dieu! Malheureusement la statue fut brisé par les musulmans pendant les guerres. Mais à Belur, on voit bien les bras qui prennent les intestins du démon. Les traces musulmanes se voyaient un peu partout. Dans certains palais, on retrouvait un mixte d'hindouiste, de jainisme et d'islam. Beaucoup de temples ont été endommagés par l'invasion musulmane. Ce qui est spéciale, c'est que tous les temples de Shiva ont été épargnés alors que ceux de Vishnu et des autres divinités hindoux furent dévastés. En fait, les musulmans associaient Shiva à Allah et les autres divinités à de l'idolatrie (en passant l'hidouisme est une religions polythéiste dont les dieux recevant le plus de cultes sont Vishnu, le protecteur et Shiva, le destructeur. Mais les trois dieux principaux dans l'hindouisme sont Brahma, le créateur, Vishnu et Shiva. Toutefois Brahma n'est pas très populaire puisqu'il aurait marié sa propre fille et c'est pourquoi il n'y a presque aucun temple dédiés à lui).
Anyway, comme vous voyez je me suis pas mal intéressé à l'histoire de cet empire en étant là-bas. On a vu un palais à air climatisé! En fait, les collones du palais pouvait laisser circuler de l'eau qui était pompé de l'extérieur du palais. C'étais assez intéressant comme système. Il y avait aussi un immese chariot de pierre magnifique à voir. Juste à coté de ce dernier, il y avait un temple dont les collones de granit résonnaient en sons différents. C'était époustouflant comme ca marchait bien! Les collones étaient regroupées en groupe qui avaient une certaines sonorité spécifique. Par exemple, un groupe pouvait sonner comme du bois quand on les frappaient alors
qu'un autre donnait plutot un son métallique. Dans un groupe, chaque collone donnait une note différente. On disait que quand les musiciens se mettaient à jouer sur les collones, on pouvait entendre la mélodie sur 1.5 km! C'était assez fascinant puisque ce n'était que des collones de granit. On a fini la journée un peu fatigué mais contents et autour d'une bonne "Kingfisher", la bière la plus populaire en Inde!


Posted by Etienne Jodoin at 19:04
Belur et Halebid
Après Mysore, nous nous dirigeâmes vers Hassan. Cette ville ne présentait pas vraiment d'intérêt particulier si ce n'étais les crachats incessants des hommes dans les rues qui dégoûtait tant Mélanie. Puisque je n'avais pas de micro, je me permet de reproduire en lettre le son terrible de ces gorges enrhûmées : rrrrarcrhsst! ... pteuu! Cela provenant j'en suis sûre du plus profond de ... leur estomac. En fait Hassan n'étais qu'une ville permettant de rayonner dans les environs. C'étais notre quartier général. Nous avons aussi eu la chance de rencontrer dans le train un homme qui travaillait pour aider les jeunes à Hassan. Il était super sympathique et très ouvert. Il n'avait pas peur de parler de sujet aussi délicats que la condition de la femme en Inde. Il avait une vision très critique de l'Inde et je dois avouer pas très positive contrairement à d'autres gens qui vantait le développement économique fulgurant de leur pays.

La première journe fut courte puisque nous arrivâmes en début d'après-midi à Hassan. Nous avions juste le temps de visiter le temple de Belur. Belur et Halebid sont deux villes près de Hassan possèdant des temples construit par la même dynastie de rois que celui de Somnatpur (voir Mysore et environs). La dynastie Hoysala (http://en.wikipedia.org/wiki/Hoysala) règna de 1000 à 1346 A.D.. Hoysala veut dire "étudiant" (sala) "attaque" (hoy). Leur emblème est un homme qui tue un lion. En fait le premier roi Hoysala était un simple étudiant. Un jour pendant un cour, un lion terrassa la classe. Le futur roi brandit courageusement son épée et tua l'animal. Les étudiants crièrent alors "Hoy sala!". Belur était la capital de l'empire. Son temple bien que moins gros que celui d'Halebid est beaucoup plus détaillé que ce dernier. Les scuptures et les collones sont tellement bien scisellée et c'est souvent fait avec une seule pierre. Il y avait beaucoup de sculptures de danseuses spécifiques de cette époque. Plusieurs autres illustres des épisodes du Ramayana et Mahabharata, deux épopées hindous très populaires (je suis en train de lire le Ramayana en ce moment et c'est comme un conte dans le style Lord of the Ring! c'est cool!). En visitant les temples, nous en avons beaucoup plus sur la religion hindou. A Belur, le temple était consacré au Dieu Vishnu, protecteur de la terre. A Halebid, le temple était consacré à Shiva, le destructeur et le dernier à rester lors de la fin du monde. Grâce à un excellent guide à Belur, nous avons pu comprendre pleins de détails de ce temple. Par exemple, on retrouvait des éléphants au bas des murs extérieurs de chaque temple Hoysala. Ceci était pour honorer ces animaux qui avaient participer à la construction des temple et pour signifier leur force car ils soutenaient le temple en entier. Le zèle du détail dans ce temple ferait pâlir n'importe quel artiste de la rennaissance. Il y avait même une danseuse qui possèdait un bracelet mouvant mais celui-ci et cette danseuse avaient été sculptés dans le même bloc de pierre!


Ah oui un autre petit truc concernant le temple de Belur. La photo du bas montre une gros pylône de pierre. Cette structure doit pratiquement mesurer 10m. Croyez-le ou non, y a rien qui la retient au sol. Elle a seulement été déposée gentiement sur la base en pierre. Seule sa géométrie fait qu'elle tient depuis des siècles. Il faut aussi avoir une température clémente. Bref, ça ne tiendrait jamais à Montréal ce truc là!



Halebid était moins détaillé mais beaucoup plus grand comme temple. En fait c'est un temple qui a pris 86 ans à se construire mais n'as jamais pu se terminer. Cela devait être la capitale de l'empire. On remarque les mêmes traits qu'à Belur et Somnatpur. Il y avait aussi deux gros taureaux de pierrre car c'était un temple dédié à Siva et le véhicule de ce dernier est le taureau. Ce qui était encore plus intéressant à Halebid c'était les petits temples jain un peu en retrait de la ville. Alors que dans le temple principal, il y avait plusieurs touristes, dans les petits temples éloignées, il n'y avait personne. La dernière photo montre bien l'oeuvre incomplète des temples mais aussi les étapes de sculpture. Dans chaque temple, il y avait des sortes de grosses goutière pratiquement horizontales qui ressortaient des murs. Elles permettaient la sortie d'un genre de liquide divin constitué d'huile, de gui (sorte de beurre fondu), de jus de coco et d'autres ingrédients bon pour la santé! En fait ce qui devait sortir devait avoir une consistance assez dégeu...

Posted by Etienne Jodoin at 17:55
Mysore et environs
La semaine suivante, nous sommes partis pour Mysore, une ville de plus de 700 000 habitants, située à 3h de train de Bangalore. A notre grand bonheur, les trains semblaient vraiment bien organisés et surtout à l'heure! Malgré la modestie et des odeurs peu parfumés des wagons, je trouvais les trains indiens moins pénibles que ceux en France (à part le TGV bien sûr). En effet, j'ai jamais passé trois heures debout dans un train indien!

Mysore semblait beaucoup plus paisible comme ville. En tout cas il y avait moins de bruit. Cependant les vendeurs et les chauffeurs de richshaw se faisaient plus harcelants. Chaque pas que l'on faisait, on recevait de nouvelles offres de marchandise. Du tissus jusqu'à la marijuana! Pendant que j'en parle, je vous conseille de ne pas acheter de drogue là-bas même si vous recevez pas mal d'offres intéressantes. Si vous vous faites prendre en train de fûmer un minable joint, vous êtes passible de prison. Personellement, je serais pas très tenté de faire de la prison en Inde.
Nous avons donc tranquillement marché de la gare jusqu'au palais de la ville. Bien sûr on peut faire ça en taxi ou rickshaw mais avec le Lonely Planet comme guide, on a eu aucun problème à repérer les hôtels. On a pris une chambre à moins de 150 rps la nuit (moins de 5 balles!) et on a finalement décidé de se faire un peu arnaquer par un chauffeur de rickshaw. Mais je crois que ça vallait la peine. On a d'abord visité un temple à Chamundi hills. Il y avait une foule incroyable autour. En fait c'étais un jour spécial où ils servaient de la bouffe gratuite alors devinez la suite... Ce qui m'a surpris c'étais le nombre de vendeurs devant le temple. Il y avait ceux qui vendaient des cartes postales, des sculptures, de la bouffe et même des gens qui cirait les chaussures! Anyway on a finalement entrer dedans, en pleine cérémonie religieuse. J'ai rien compris. On devait d'abord attendre en ligne comme dans les manèges à la ronde. Il y avait même des barrières de métal qui serpentaient une partie du temple pour faire attendre un grand nombre de gens.
Arrivé à l'intérieur, il y avait une idole au fond et des prêtres qui recevaient tous pleins d'offrandes que les gens leurs donnait. La foule offrait de l'argent, des fruits, des fleurs (il était possible d'acheter des fleurs juste à l'extérieur) et d'autres trucs aux prêtes qui leur faisait une genre de bénédiction rapide. En fait ils semblaient plutôt pressés de recevoir les offrandes. C'était assez compréhensible vue la horde de gens compactés à l'intérieur. Nous avons eu la chance de passer en avant et de recevoir des offrandes plutôt qu'en donner (sûrement parce qu'on étaient des touristes blanc!). Les prêtres nous ont donc donné des fleurs et de la poudre rouge. Les hindous mettent cette poudre sur leur front pour je ne sais quelle raison. On est finalement sortis, chacun avec une grosse tache rouge sur le front et pleins de questions sans réponses.

Par la suite on a descendu des marches pour aller voir un immense taureau de pierre. Il y avait des jeunes qui sortaient de partout et voulaient nous parler. En descendant, on a trouvé un petit belvédère caché parfait pour prendre une photo de la ville. Il y avait plusieurs garçons qui se prélassaient dans le coin. En nous voyant, ils nous ont tout de suite parlé et nous donnait du puffed rice. Moi je leur ai donné le reste de mes jackfruit sèché (ça goûte un peu comme des chips ce truc là, c'est pas mal). On voulait prendre une photo de nous deux mais on s'est retrouvé avec tous ces gars. Voilà le résultat!

Après avoir été chez un marchand d'huile qui nous a quelques peu arnaqué mais qui semblait avoir certaines connaissances dans la médécine ayurvédique, nous avons mangé de la bonne bouffe indienne dans un restaurant recommandé par notre chauffeur. Après on était fatigué et on est retourné à l'hôtel pour se reposer. Bref, ce fut une belle journée et le chauffeur de rickshaw était sympa.



Le lendemain fut une journée intensive de visites aux environs de Mysore. Avec un taxi, on visité deux sanctuaires d'oiseaux. Encore là, la variété des espèces d'oiseaux est impressionnante. Je comprends maintenant pourquoi Malini étudie en bio! On a ensuite visité un temple hoysala vraiment très beau à Somnatpur (j'en parlerai plus longtemps sur la partie concernant Belur et Halebid). Ensuite nous avons entré dans la mausolée de Tippu Sultan. Je sais pas si c'est un héros national mais il a en tout cas donné du fil à retordre aux britanniques pendant la colonisation. C'étais très beau à voir. On a terminé par une visite d'un jardin situé au pieds d'un immense barrage. Vers 19h, le jardin devenait tout illuminé mais on a préféré partir avant car il pleuvait pas mal vers 18h30.

Notre dernière journée à Mysore se passat plus tranquillement avec la visite du palais et par quelques achats dans le marché principal ainsi que quelques boutiques de soie. Le palais fut construit au début du XXe siècle par un architecte anglais. Il était interdit de prendre des photos à l'intérieur. Le centre du palais était muni d'un dôme gigantesque possèdant des vitraux donnant l'impression des kaléidoscopes. Des collones vertes pâles soutenant cette partie avec plusieurs fresque alentour. En périphérie, il y avait des peintures de parades militaires. L'artiste avant peint les visages avec un détail incroyable. Les traits des visages des personnages principaux était tellement précis qu'il était difficile de comprendre comment il avait pu peint autant de visages avec autant de personnalité et de détail. Les chambres supérieurs disposaient aussi de peintures mais elles étaient plutôt d'ordre religieuses : différentes déesses aux multiples bras tenaient des objets sacrés typique comme le lotus. On remarquat aussi qu'ils avaient construit une sorte d'amphitéâtre. Les estrades étaient couvertes mais un côté était ouvert pour voir le spectacle joué dans la cour extérieur. Par la suite, notre chauffeur de taxi d'hier nous a proposé une ballade gratuite dans une usine de soie. Malheureusement, il était trop tard pour la visitée mais nous avons jetté un coup d'oeil au magasin. Il y avait plusieurs vêtements dont des saris, des chals et des cravates fait en soie pure. Le prix était par contre, un peu trop élevé. Le chauffeur de taxi nous a ensuite payé la bouffe dans un bon resto du coin. J'ai dévoré mes dosas comme un porc puis nous sommes retourné à l'hôtel.





Le soir avant d'aller souper, je commençais a avoir des mal de ventre. La douleur a augmenté jusqu'à devenir inssuportable pendant la nuit. Ce qui devait arriver arriva et je perdit ce que j'avais mangé pendant la journée. Pendant deux à trois jours, j'avais un appétit très maigre et c'était quelquesfois dur pour le morale. Surtout quand je voyais Mélanie dévorer à pleines dents son repas alors que je prenais à peine quelques cuillerés de riz.
Posted by Etienne Jodoin at 12:38
Un dimanche à la ferme




Tous les dimanche la famille d'Aniruddha vont à leur ferme. Elle situé dans les campagnes avoisinants Bangalore. C'est une ferme entièrement biologique cultivant plusieurs types de fruits et légumes : des mangues, des noix de coco, des goyaves, du riz, des bananes et bien autres. Les règles de la ferme : pas de musique forte, pas d'alcool, pas de viande. Ils veulent un endroit paisible et sans bruits ou party. Je trouvais ça une bonne idée pour retrouver le calme qu'on ne pouvait avoir dans la ville. Nous avons donc visité une partie des terres. Des cousins d'Anniruddha étaient aussi présents. Parmis ceux-ci, Alok un jeune garçon d'une dizaine d'années (enfin je crois, il faudrait que tu me corrige là-dessus Aniruddha), m'a vraiment impressionné par son intelligence et son ambition. Il n'a même pas fini l'école primaire et sait déjà qu'il veut devenir ingénieur en électronique. Il me rend pratiquement jaloux par ses connaissances en informatique. Il construit déjà ses propres moteurs électriques. Son anglais a vraiment un bon niveau. Quand je discutais avec lui, j'avais l'impression de parler avec un adulte. C'étais assez drôle comme sensation!
La pluie s'est mise à tomber et on a commençer à manger. Bouffe traditionnelle indienne du sud : tali sur feuilles de bananiers. Petit désagrément (que j'ai rencontré tout le long de mon voyage d'ailleurs), les toilettes. Je ne me suis jamais habitué à leur hygiène! Moi le petit seau d'eau et le robinet pour me laver le derrière, c'étais pas mon fort! Hé oui, dans toutes les hôtels que nous avons été, il n'y avait presque jamais de papier de toilette. Heureusement, on a vite compris et on avait toujours un rouleau de papier sur nous. C'est tout de même le truc que j'ai trouvé le plus en Inde!
Posted by Etienne Jodoin at 11:52
Page : 1 2 Next »