Cette page appartient aux archives web de l'EPFL et n'est plus tenue à jour.
This page belongs to EPFL's web archive and is no longer updated.

Gregory Dyke

Raisons de la popularité des blogs
Hier, on me demandait quelle était la raison pour la popularité des blogs. Il me semble que j'ai lu un tas d'articles qui traitaient ca comme si c'était l'équivalent de tenir un journal intime, mais public (la plupart de ces articles font ensuite allusion au nombrilisme et au coté voyeur des gens). C'est souvent le cas sur livejournal; mais dans le cas des blogs, je crois que c'est autre chose: la baisse de la barrière d'entrée à la publication.

Le web a toujours été un média qui favorise la lecture. Accéder à des centaines de pages, rien de plus facile. Mais la barrière à la publication reste encore assez élevée. Pour quelqu'un qui n'a pas de serveur web, il n'y avait, à l'époque que des forums. Pour la personne qui à un espace d'hébergement, même avec un CMS, updater régulièrement un site, en mettant à jour la navigation n'est pas une mince affaire. Ce que les blogs ont ajouté, c'est un CMS orienté publication, plutot que d'etre orienté gestion de site.

Mais une publication qui n'est pas lue n'a que peu d'interet - sauf en tant que mémoire virtuelle, permettant de stocker des idées sur une page. Raison pour laquelle l'ajout de commentaires est indispensable (la hauteur de la barrière d'entrée aux commentaires ici sur polyblog est a mon avis la raison que ces blogs ne sont pas plus lus).

Ce n'est pas pour rien que certaines personnes gèrent tout leur site avec un gestionnaire de blog: ca permet aux gens qui ont des idées mais qui ne sont pas inclinés à passer beaucoup de temps sur la gestion technique de leur site de publier rapidement et de recevoir des réponses à leurs articles.
Posted by Gregory Dyke at 8:58
critique de polyblog
Dans le cadre de mon projet au craft, j'ai passé une (petite) partie de mes dernières semaines à écumer les blogs en long et en large. Conclusion: bof!

Et ceci pour nombre de raisons:

L'ergonomie générale de polyblog laisse beaucoup a désirer: un exemple, j'ai voulu ajouter une catégorie "blog" avant de poster ce message. J'ai été gratifié d'un super message "vous avez ajouté" une catégorie - mais j'ai du tout recommencer mon post que j'avais commencé a rédiger.

La méthode d'archivage n'est pas géniale: j'ai toujours pas trouvé comment facilement trouver les "n derniers articles" de quelqu'un. On peut remonter au n par défaut. Ensuite, il faut utiliser le calendrier et espérer que la personne aura posté ce mois-ci.

Les personnes externes ne peuvent pas ajouter de commentaires. Meme pour un usage académique, ces blogs sont donc très restreints, à la fois d'un point de vue communautaire et pour une utilité qui va au-delà de la publication.

Le titre de n'importe quelle page est "epfl-blogs" - très utile pour quand on a des tabs ou qu'on veut bookmarker une page - ou ajouter un blog a un aggregateur rss! (aaah je fais dans le sarcasme, honte à moi).

L'entrée aux blogs est difficile: sur la page d'entrée, on a que les articles récents et aucun autre moyen d'accéder a des articles apart en consultant l'annuaire. Pas surprenant que les articles du flash n'aient pas suscité d'intérêt: pour le moment, polyblog est orienté publicateur et non lecteur. Dans un système de blogs convaincants, il faut que ce soit plus facile de lire et commenter que d'écrire. Bon, c'est déjà mieux que myepfl.ch!

Une mise-en-page non configurable, avec des tables, qui ne valide pas et qui ne respecte pas nonplus la charte graphique de l'epfl. Désolé, mais les articles "bloggables" que j'ai publié jusque maintenant ne seraient pas sérieux sur une page qui ne validait pas et avec laquelle mon nom était associé.

Et dernière chose: J'ai voulu mettre ceci dans polyblog... mais je n'ai pas droit de post - et je ne sais pas comment obtenir droit de post. Même livejournal fait mieux!

Bref, apart des coups de gueule, polyblog ne répond pas encore a mes besoins...
Posted by Gregory Dyke at 19:05
Comments (6)