Cette page appartient aux archives web de l'EPFL et n'est plus tenue à jour.
This page belongs to EPFL's web archive and is no longer updated.

Vive la rentrée!!

 

Je ne cesserai jamais d’être surprise par les courbes du bâtiment que Losinger et son équipe sont en train de construire. C’est une chose de se pencher sur les ondulations et les trous de la maquette, c’en est une autre – de loin plus impressionnante – d’essayer de suivre du doigt les courbes bétonnées qui trônent désormais sur l’ancien parking Mécanique.
Le décoffrage de la petite coque en avait déjà surpris plus d’un, je prends les paris que la vision de la grande coque a suffit à convaincre les autres.
Le bâtiment tant décrié mais tant espéré prend forme, c’est désormais une certitude.
 
Et tout le monde en parle !!
 
En cette rentrée académique, le chantier attire tous les regards et les oreilles du campus se sont vues inondées des bruits les plus fous ! !
 
Roger : «  Moi on m’a dit qu’une des coque s’était effondrée ! »
Françoise : « Non ? !!!»
Roger : « Si de 16 cm, je te jure ! »
Françoise : « C’est pas vrai ? Tiendra jamais debout, moi je dis… »
 
Profitons de cette article pour remettre l’église au milieu du village ou plutôt, la section de Génie Civil au milieu de l’EPFL (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne) !
 
Parlons donc de la grande coque : il a fallu à Losinger et son équipe environ 50h, 300 hommes et 4300 m3 de béton pour réaliser la plus grande vague du Rolex Learning Center. Les vacances ont permis au béton de prendre à son aise, l’arrosage automatique assurant son humidité constante.
 
A l’âge noble de 21 jours, la grande coque avait atteint les performances tant espérées : module d’élasticité 36.7 kN/mm2, résistance à la compression 60 N/mm2. Quelques jours plus tard, la grande coque était décintrée, le coffrage ainsi déchargé a alors pu être abaissé de quelques 5 cm ! Quelques vérins de 50 et 100 tonnes et quelques tours d’étayage (4'400 pieds au total) sont venus supporter la grande coque dans sa descente. Celle-ci se déroule sous monitoring constant et c’est donc sans tracas et le plus normalement du monde que la coque descend gentiment. Les déformations observées (par Roger notamment !) une semaine après le décintrage atteignaient au maximum 4 cm, conformément aux prévisions.
 
Ainsi tout avait été calculé à l’avance et on peut compter sur Losinger pour la solidité des courbes du futur cœur du campus !
 
Le futur bâtiment trônera au coeur d'un poumon de verdure au milieu du campus. Mais l'environnement est déjà au centre des préocupations: Lorsque la grande coque pourra être totalement défaite de son corset de 1150 tables de coffrage, celles-ci seront broyées et utilisées comme combustible dans une installation de chauffage à distance proche du campus.
 
Dans l’attente de voir apparaître les courbes inférieures de la grande coque, les ouvriers s’attellent à la charpente du bâtiment. Celle-ci ne sera visible que dans la zone multifonction (destinée aux concerts, aux spectacles ou à des conférences) dans le reste du bâtiment vous lèverez les yeux au faux plafond !
190 colonnes circulaires de 127 mm de diamètre (faite un cercle en joignant vos 2 pouces et vos 2 indexes vous obtenez une colonne, pas très large n’est-ce pas ? mais pas de panique Roger, là aussi tout est calculé !) ainsi que 240 colonnes rectangulaires dispersées autour des patios supporteront la charpente. Enfin la toiture mille-feuille sera composée d’un bac en acier, d’un pare vapeur, d’une couche de d’isolation et d’un parement étanche ! Les petites têtes des chers étudiants de l’EPFL seront délicieusement bien à l’abri.
 
 
 
Pour terminer, Roger et Françoise, restez à l’affût de tous les bruits : on murmure qu’il se prépare une journée portes ouvertes du chantier !!!
 
A bientôt !
Posted by Christelle Moulin on Thursday 25 September 2008 at 15:23