Cette page appartient aux archives web de l'EPFL et n'est plus tenue à jour.
This page belongs to EPFL's web archive and is no longer updated.

Rien de bien spécial

Allez, petit update de la situation, ca faisait longtemps :]

Il s'en sont passées des choses depuis mon dernier post. Alors, par quoi commencer mhhh...

L'islande, c'était formidable, ce pays est extraordinaire. Il y a trop a raconter en un seul article de blog, alors je ne retiendrai que le soleil qui se couche a minuit, les couleurs des paysages, et les buffets de saumon et autres poissons... pour le reste, je m'en remettrai au témoignage des quelques photos sur http://jepc3.epfl.ch/gallery/max . En passant, il y a aussi quelques photos d'ici, ma mère ayant eu la bonté de me prêter son vieux numérique de poche (un truc avec aucune fonction et qui cadre même pas droit, excusez la pauvre qualité des prises).

De retour a Bloomington, je suis reparti peu de temps après pour Palo Alto, ou je suis resté deux jours sous le toit de mes deux estimés collègues Cédric et Stéphane, fiers ambassadeurs locaux de l'ingénierie suissse. Je les remercie encore pour leur hospitalité !

Le premier des deux jours était dédié au workshop TIPPI à Stanford, ou Steve présentait notre projet. C'était très intéressant, le problème des interfaces de confiance a vraiment été examiné sous tous les angles. L'ambiance était très sympathique, et tout s'est déroulé pour le mieux.

Le deuxième jour, Steve a reconduit sa présentation chez Google cette fois. Impressionnant. A la fin de la présentation, un de leurs employés m'a demandé de considérer l'implémentation de la partie client en javascript, pour des raisons de portabilités. Sur le moment, ses arguments paraissaient extrêmement convaincants. La récente annonce d'une vulnérabilité dans la plupart des browsers courants m'a un peu refroidi, et nous avons entre temps formalisé un type d'attaque que nous n'avions pas considéré, et qui confirme la pertinence du choix de java pour la partie client.

J'ai ensuite dit adieu a mes compatriotes pour retrouver l'indiana et sa météo merveilleuse (cette semaine, avec une température constamment au dessus de 35°C et une humidité supérieure a 70%, je vous raconte pas...). Du coup, je travaille la nuit et je dors le jour, c'est plus agréable. Juste un peu gênant pour la synchronisation avec les collègues...

Il y a deux semaines, je suis passé a mon rythme de croisière et j'ai finalisé la démo du projet. Je comptais finir vendredi, j'ai été retardé jusqu'a mardi dernier a cause d'une erreur ridicule dans le code qui enrobait les opérations mathématiques (nommément, modulo q au lieu de modulo q-1 sur l'exposant d'une exponentielle dans le groupe multiplicatif des entiers mod q). Tout a l'air de fonctionner correctement; le seul problème étant que j'ai utilisé java 1.5, qui n'est apparemment pas encore disponible sur OS X (ils utilisent tous des macs ici).

La prochaine phase sera apparemment de prendre en charge le développement des interface pour l'expérimentation sur les humains (nyark nyark), histoire de vérifier si nos hypotèses relatives aux performances de l'humain seront suffisamment exactes pour que le bénéfice en matière de sécurité soit concret.

Ah, je risque aussi de faire un petit saut en suisse autour de la dernière semaine de juillet, histoire de me réacclimater un peu.

Il m'est arrivé une expérience étrange récemment: l'overdose de cafféine. C'était l'après-midi, je travaillais sur mon projet, et il faisait excessivement chaud. Sans m'en rendre compte, j'ai absorbé un gallon de Dr Pepper (~ 4 litres). Eh bien, j'ai passé la nuit a programmer frénétiquement, et j'ai fait plus de progrès que les 2 semaines précédentes cumulées; vers 9h du matin je me suis écroulé de fatigue. Je me suis réveillé a 14h, trouvant dans ma mailbox un mot de Steve qui voulait me voir pour discuter de l'avancement; j'ai alors pris la douche la plus rapide de ma vie, puis je me suis rendu à mon bureau en courant tout le long des 2km qui le séparent de ma maison; j'ai monté les 10 étages a pied, j'ai débarqué en trombe dans son bureau; je parlais a toute vitesse et en bougeant les bras dans tous les sens... le plus drôle, c'est que je ne me rappelais plus de rien, et que je ne me souvenais plus d'avoir écrit mon code (comme si je le voyais pour la première fois...), mais au moins tout marchait parfaitement... d'après mes amis d'IRC, il parait que cette nuit la je parlais a tout le monde et a toute vitesse, et que j'étais intarissable.

J'ai toujours évité le café... mais la, je comprends mieux la vénération de certains codeurs pour la cafféine :]
Posted by Maxime Augier on Friday 1 July 2005 at 17:48