Blog de Philippe Thalmann

La société à 2000 Watt

Le terme peut induire en erreur. Il ne s'agit pas de réduire la consommation d'énergie à 2000 Watt par personne et par année. Une ampoule de 100 Watt aurait grillé ce budget en 20 heures! L'objectif est de réduire la consommation d'énergie à une moyenne de 2000 Watt par heure, donc l'équivalent de 20 ampoules de 100 Watt allumées en même temps. Sur l'année cela représente une consommation de 2000 Watt/h x 24 heures x 365 jours = 17'520'000 Watt, ou 17'520 kW.

Actuellement la consommation d'énergie moyenne en Suisse est de 6000 Watt/h, donc le but est de diviser cette consommation par 3. Concrètement cela signifie remplacer une ampoule de 100 Watt par une ampoule de 33.3 Watt, ce qui est tout à fait possible sans sacrifice de confort. Mais il faut le faire dans tous les domaines: consommation électrique, chauffage, mobilité, etc.

Une bonne partie de cette réduction de la consommation peut être obtenue en accroissant l'efficacité énergétique: le même service (éclairage, chauffage, mobilité, etc.) avec moins d'énergie grâce à des solutions (appareils, bâtiments, véhicules, etc.) plus efficaces. Mais pour une partie il faudra peut-être réduire la quantité de ces services que nous consommons: éteindre la lumière, chauffer un peu moins nos maisons, réduire notre mobilité, etc. La société à 2000 Watt est une société utilisant l'énergie de façon beaucoup plus efficace mais aussi un peu plus sobre.

Un autre objectif est souvent cité en rapport, par fois en concurrence, avec celui de la société à 2000 Watt: la réduction des émissions de CO2. 70% de l'énergie que nous consommons en Suisse est d'origine fossile (pétrole, gaz) et émet donc du CO2. En passant de 6000 Watt à 2000 Watt, il faudrait renoncer en priorité à ces sources d'énergie. D'ailleurs, si on le faisait entièrement, on arriverait justement pratiquement à 2000 Watt!

Posted by Philippe Thalmann at 8:35
Comments (0)
Que signifient des taux d'intérêt pratiquement nuls?

Nos livrets d'épargne ne paient plus qu'un taux d'intérêt symbolique et la Confédération emprunte à 10 ans à un taux de 1%. L’épargne n’est plus rémunérée!

En principe, cela signifique qu’il y a trop d'épargne: seul ce qui est rare a un prix. Et cela pour de nombreuses années. Comment peut-il y avoir trop d’épargne en même temps que de nombreux pays croulent sous les dettes et que nos caisses de pension sont en sous-couverture?

En fait, tous les taux d’intérêt ne sont pas nuls, seuls ceux des placements sans risques. Il n’y a donc plus de rémunération pour la patience, le renoncement, le report de consommation, mais uniquement pour la prise de risque. L’épargne est devenue une activité banale, qui n’a pas besoin d’être rémunérée. On épargne comme on parle, sans salaire. Par contre, il y a un salaire pour ceux qui parlent bien, qui disent des choses nouvelles et prennent des risques.

PS: on cite traditionnellement 3 déterminants du taux d'intérêt: (1) la compensation pour le sacrifice de consommation immédiate, (2) la compensation pour la dépréciation de la monnaie (inflation) et (3) la compensation pour la prise de risque. Aujourd'hui il ne reste que le déterminant (3).

Posted by Philippe Thalmann at 8:22
Comments (0)
Page : « Previous 1 2 3 4 5
RSS