Cette page appartient aux archives web de l'EPFL et n'est plus tenue à jour.
This page belongs to EPFL's web archive and is no longer updated.

PolyMac

Commémoration HP-35
Il y a 35 ans, naissait la première calculatrice scientifique de poche, la célèbre HP-35,
ainsi dénommée pour son nombre de touches.

Hewlett-Packard commémore cet événement numérologique:
HP Celebrates 35 Years of Handheld Calculator Innovation

et PolyMac souhaite en faire autant, en s'appuyant sur le formidable site de Jacques Laporte
extraordinaire archive sur le matériel et le logiciel de cette fantastique épopée.

Publicité parue dans Le Monde, le 20 septembre 1972
Posted by François Roulet at 9:07
Comments (2)
Dynamics of torque control CVT
La thèse sur le système Torotrak intitulée Dynamics of torque control CVT est enfin publiée !
Posted by François Roulet at 18:20
100 chevaux par litre
Premier moteur Diesel automobile de série atteignant la puissance spécifique record de 100 ch/L
Posted by François Roulet at 12:23
Comments (1)
Mensonge no. 285
Actuelle parodie des célèbres leçons de Aubade par Alfa-Romeo:

Mensonge no. 285:
"Je l'ai achetée pour sa transmission intégrale Q4 avec différentiel Torsen C"

Pour une fois qu'un slogan est fidèle à la réalité...

Toutefois, pour accéder à l'information technique, mieux vaut se rendre à la source:
http://www.torsen.com/products/T-3.htm
Posted by François Roulet at 18:06
«Il faut trouver le moyen de mieux expliquer la technologie hybride»
Le concept de voiture hybride peine toujours à être compris du grand public. Est-ce un frein à la généralisation de cette technologie, qui conjugue deux sources d'énergie, l'essence et l'électricité ?
Luc Debraine, Mercredi 25 octobre 2006
http://www.letemps.ch/horsseries/dossiersarticle.asp?ID=192295
Posted by François Roulet at 17:52
VERS UNE CYBER-PHATIQUE
15 février 2007


VERS UNE CYBER-PHATIQUE


Selon Jakobson, les fonctions de la communication sont au nombre de six : les fonctions expressive, conative, phatique, métalinguistique, référentielle, poétique (http://fr.wikipedia.org/wiki/Schéma_de_Jakobson).

De son côté, de Saussure distingue le langage des langues. Par langage, il entend la faculté générale de pouvoir s'exprimer au moyen de signes. Cette faculté n'est pas propre au langage naturel, mais elle caractérise toute forme de communication humaine. Par langue, de Saussure entend en revanche un ensemble de signes utilisés par une communauté pour communiquer selon son propre code culturel : le français, l'anglais, l'allemand, pour ne citer que quelques exemples.

Mais au-delà de cette distinction, de Saussure différencie en outre le langage et la parole. La parole est, pour lui, l'utilisation concrète des signes linguistiques dans un contexte précis. Par concept de parole, de Saussure tente de distinguer l'usage concret du langage, du langage lui-même, entendu comme ensemble de signes en situation (http://fr.wikipedia.org/wiki/Ferdinand_de_Saussure).

Ces considérations, à la fois de Jakobson et de Saussure, portent essentiellement sur la communication linguistique longtemps centrée sur le verbe et l'imprimé. En revanche, les réseaux d'Internet et du WEB ont introduit depuis quelques décennies une communication qui engendre des procédures et des comportements entièrement différents.

En effet, les réseaux se substituent à l'hégémonie de la communication linguistique au moyen d'une technologie informatique qui introduit un nouveau type de complexité, qui résulte des interactions ininterrompues entre les instruments informatiques et les comportements qu'ils induisent.

Il s'ensuit que, dans l'immense variété des services, des moyens, des pratiques en interactions permanentes stimulées par une évolution accélérée, une condition nouvelle devient primordiale, celle que désignait Jakobson du terme de "phatique" : "Il y a des messages qui servent essentiellement à établir, prolonger, ou interrompre la communication, à vérifier que le circuit fonctionne ("Allô, vous m'entendez ?"), à attirer l'attention de l'interlocuteur ou à s'assurer qu'elle ne se relâche pas...", en précisant que la fonction phatique désigne "la tendance à communiquer (qui) précède la capacité d'émettre ou de recevoir des messages porteurs d'information". C'est donc l'ensemble des pratiques cyber-linguistiques qui en appelle aujourd'hui à l'avènement d'un "cyber-phatique".

Un des exemples paradoxaux est le changement de l'utilisateur en co-auteur. Ainsi nombre d'événements présentés par les médias traditionnels (presse, radio, télévision) résulte aujourd'hui de l'intervention de personnes non professionnelles utilisant leur mobile pour surprendre l'événement. Ce comportement n'a jamais existé jusqu'ici. Il présuppose une "mise en phase" à la fois technique, culturelle, sociale, voire politique. Il en va de même de Wikipedia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Accueil). C'est ce phénomène clé qui se développe sous nos yeux que nous devons avoir en permanence à l'esprit.

La fonction "cyber-phatique" devient la condition première de la mise en phase de l'ensemble des internautes. Omniprésente, omnipotente, ubiquitaire, elle est l'une des composantes fondamentales de notre époque en mutation.
Posted by René Berger at 16:00
Human & Object Self-balanced Transport Vehicule
RPI Human Transporter @ NIWeek 2006
Posted by François Roulet at 12:49
Des Mercedes hybrides cette année
Splendide recueil d'âneries:
http://www.moteurnature.com/actu/uneactu.php?news_id=1668

que PolyMac se chargera de démentir en s'appuyant sur la méthode:
http://wiki.epfl.ch/polymac/pichardbesson

Pour une source d'information fiable, lisez plutôt:
http://wiki.epfl.ch/polymac/hybrid
Posted by François Roulet at 12:43
Comments (1)
GM & DC révolutionnent l'hybride
Annonce de la coopération GM & Daimler Chrysler (décembre 2004):
http://www.moteurnature.com/actu/uneactu.php?news_id=630

Pour une source d'information fiable, lisez plutôt:
http://wiki.epfl.ch/polymac/hybrid
Posted by François Roulet at 12:39
Controle des arbres inutilisés
Considérant les noeuds pris individuellement, le bon sens prime, et nous sommes contraints d'admettre qu'un noeud planétaire dont 1 arbre est fou, respectivement un noeud mécanique dont 1 arbre est bloqué, est un noeud mort !

En revanche, considérant l'ensemble du réseau, un noeud mort ne signifie PAS pour autant la mort du réseau.
Là, le système d'équations triomphe magistralement, défiant notre bon sens.

Observons alors le graphe gauche de l'illustration 10 à la page 188.
http://wiki.epfl.ch/polymac/documents/img002.tif
Si les arbres de contrôle 3 & 4 sont fous, les 2 noeuds auxquels ils appartiennent sont alors morts, c'est à dire que l'on peut tout simplement les gommer de l'illustration.

Dès lors, ce graphe se réduit purement et simplement à celui de la transmission 4 arbres que nous avons minutieusement étudié lundi:
http://wiki.epfl.ch/polymac/documents/img003.tif

Par isomorphisme, ce qui précède s'applique naturellement au graphe droit, dont les arbres de contrôle inutilisés devront être bloqués.

Ceci dit, pour l'électricien que je suis, l'arrangement de la transmission 4 arbres présente de troublantes similitudes avec le montage en pont, fort connu. Là encore, il faut que j'y réfléchisse un peu...

Il nous reste encore à lever la contradiction sur l'annulation du couple au second point d'adaptation r2 !
Posted by François Roulet at 13:14
Comments (1)