Cette page appartient aux archives web de l'EPFL et n'est plus tenue à jour.
This page belongs to EPFL's web archive and is no longer updated.

Blog de l'AGEPolytique

Votation populaire sur l'immigration : Point sur la situation

Comme vous le savez sans doute, le 9 février dernier, le peuple Suisse a accepté à 50.3% l'initiative populaire " Contre l’immigration de masse". Avant tout, une petite précision : L'AGEPoly ne remet pas en question et ne sur prononce pas sur le résultat de cette votation. Le peuple Suisse s'est exprimé de façon souveraine, et sa volonté se doit d'être respectée. En revanche nous nous occupons des conséquences de cette votation, qui concernent directement nos membres, les étudiants de l'EPFL.

Une grande incertitude règne quant aux effets que pourra avoir ce résultat, dont plusieurs sur la situation des étudiants étrangers actuellement en Suisse. Nous travaillons étroitement avec la direction de l'EPFL afin d'obtenir le maximum d'informations/réponses sur le sujet. Nous pouvons déjà vous affirmer que :

-Les étudiants étrangers actuellement en Suisse n'auront aucun problème à poursuivre leurs études.

-Les étudiants étrangers finissant leur Master disposeront toujours de six mois pour vivre en Suisse afin de trouver un travail.

Cette votation n'affecte donc pas directement la vie des étudiants déjà ici. Les futurs quotas/restrictions n'affecterons que ceux qui souhaiteront entrer en Suisse à partir de leur mise en place.

Nous vous tiendrons informé tout au long des prochaines semaines de l'évolution de la situation.

 

Posted by Renaud Goupil at 0:12
Suspension des discussions sur les accords Erasmus+ et Horizon 2020 par la Commission Européenne : L'éducation et la recherche en péril.

Le 16 février 2014, La commission Européenne a gelé les discussions visant à prolonger les accords « Horizon 2020 » et le programme « Erasmus+ » avec la Suisse. Cette décision fait suite au refus de la Suisse d’étendre l’accord de libre circulation à la Croatie en conséquence des résultats de l’initiative populaire « Contre l’immigration de masse ». Cette décision entraîne une grave remise en question de la qualité de la formation et de la recherche en Suisse.


Comme évoqué la semaine dernière et déjà pointé du doigt par plusieurs organisations étudiantes, la Commission Européenne a mis ses menaces à exécutions et a suspendu les discussions sur la prolongation de la participation de la Suisse au programme d’échange étudiant européen « Erasmus+ ». Cette suspension est un revers majeur pour tous les étudiants Suisses, qui ne pourront peut être plus compléter leur formation par le riche apport d’une expérience internationale. L’échange des savoirs, des cultures et des expériences diverses entre étudiants est l’un des moteurs fondamentaux du système de formation universitaire, sa mise en péril est synonyme d’une grave régression de la qualité de la haute éducation en Suisse.


De même, la Commission Européenne a décidé la fin de la participation de la Suisse au programme de recherche « Horizon 2020 ». Cette décision signifie de graves conséquences pour la qualité de la recherche du pays. L’absence des fonds européens met en péril de nombreux projets de recherche tels que le « Blue Brain Project » ayant en ce moment lieu à l’EPFL. Cette Ecole, de par son statut de pôle de recherche et d’échange international, est particulièrement affectée par cette décision et à travers elle tous ses étudiants. Mais les conséquences de ce gel dépassent l’EPFL et mettent en danger le statut actuel de nation innovante et compétitive de la Suisse au niveau mondial. Une telle régression aura des conséquences non seulement sur la recherche, mais aussi sur l’économie Suisse.


L’AGEPoly déplore donc la décision de la Commission Européenne. Elle considère l’éducation et la recherche comme deux piliers fondamentaux du bon fonctionnement d’un pays, et s’inquiète profondément des conséquences désastreuses que la décision de la Commission Européenne aura sur l’EPFL, les étudiants Suisses et la Suisse en général. Elle appelle toutes les instances dirigeantes de l’Europe comme de la Suisse à ne pas sacrifier l’éducation et la recherche sur l’autel de la politique migratoire telle que voulue par le peuple Suisse.

Posted by Alex Fratzl at 8:39
Acceptation de l'initiative sur l'immigration de masse, la recherche et la formation menacées !

Le 9 février 2014, le peuple suisse accepte l'initiative « contre l'immigration de masse », lancée par l'UDC, à 50,3. Les conséquences de cette acceptation ne se font pas attendre et c'est au lendemain de cette votation déjà que l'Union européenne menace de remettre en question l'accord concernant la recherche et la formation.

 

L'article 121a de la Constitution fédérale ainsi adopté prévoit l'instauration de quotas pour les étrangers migrants issus de l'Union européenne. Or ces quotas ne sont pas compatibles avec l'accord sur la libre circulation des personnes, pierre angulaire des accords bilatéraux contractés avec l'UE. Inévitablement, certains responsables européens menacent donc, moins d'un jour après cette votation capitale, l'accord concernant les échanges dans le domaine de la formation (en particulier Erasmus), mais aussi les accords Horizon 2020, qui concernent la recherche.

 

L'AGEPoly soutient donc la prise de position de la Fédération des étudiants Neuchâtelois et de l’UNES. En effet, le futur de la Suisse dépend de la qualité de la formation qu’elle offre à ses étudiants, et les échanges internationaux sont l’un des vecteurs de cette qualité. De même, sans les aides à la recherche, les chercheurs talentueux qui constituent notre corps enseignant ne pourraient pas tous apporter leur savoir.

 

Nous ne remettons également pas en cause le vote populaire de ce week-end, mais soutenons que les accords touchant à la formation ne devraient pas être sacrifiés. Nous souhaitons que ce message parvienne aux autorités compétentes et que le choix de la population suisse puisse cohabiter avec les besoins de ses universités.

Posted by Gilles Laurent Christophe Baud at 15:15
Loi sur l'Aide aux Etudes et à la Formation professionnelle (LAEF)

L'AGEPoly, en collaboration avec la FAE, s'est prononcée sur le projet de Loi sur l’Aide aux Etudes et à la Formation professionnelle (LAEF). Vous pourrez trouver le texte de la PP ici. Nous allons par ailleurs nous exprimer sur ce sujet lundi 16 décembre lors d'une conférence de presse organisée par le Centre social protestant (CSP).

Pour ceux qui ne savent pas en quoi consiste ce projet de loi, il s'agit grosso modo d'une réforme du système de bourses d'études délivrées par le canton de Vaud, afin de s'aligner sur L'accord intercantonal sur l'harmonisation des régimes de bourses d'études. C'est un sujet qui a fait pas mal de bruit ces derniers temps et qui va contiuer à en faire, vous avez peut être croisé le membres du syndicat SUD qui distribuaient des tracts tout en appellant à manifester pour rejeter ce projet en bloc.

Nous avons une position plus modérée sur le sujet, et une approche qui privilégie le dialogue avec les parlementaires. Pour résumer notre position (si vous avez la flemme de lire la PP en entier) :

Nous saluons ce projet de loi, qui comporte plusieurs avancées importantes. Cependant nous relevons plusieurs problèmes avec ce projet :

-La restriction des critères pour l'obtention du statut d’indépendant-e.

-La mauvaise prise en considération de l'obligation d’entretien dans le cas où les parents refusent de l'assurer (pas d'autres solutions que de faire un procès à ses parents)

-La limitation de la durée d'attribution des bourses sur la durée minimale des études (= 4 ans pour un bachelor)  et non pas maximale (=5 ans pour un bachelor)

-L'opacité du projet : Les montants et la répartission concrète du budget seront définis dans un  règlement  d’application extérieur à ce projet.

-La suppression des bourses d'études pour les possesseurs de permis de séjours F(Les personnes admises provisoirement en Suisse) et N (Les requérant-e-s d’asile en procédure)

En conséquences de quoi nous ne pouvons pas soutenir ce projet en l'état : Nous demandons à ce qu'il soit amendé afin que ces problèmes, que nous jugeons critiques, soient résolus.

Voilà, pour conclure je tiens à souligner que tout ceci, ainsi que nos futures actions (dont nous vous tiendrons bien évidemment informé-e-s)  se fait conjointement avec nos collègues de la FAE. Nous somme très heureux de travailler avec eux et nous réjouissons de la mise en commun de nos forces, qui ne peut nous être que bénéfique sur ce genre de dossier.

Posted by Renaud Goupil at 16:21
Communiqué de presse de l'AGEPoly du 24 novembre 2013 Relatif à la prise de position du Conseil fédéral sur la motion « EPF. Taxes d'études équitables »

Le sujet des taxes d'études dans les EPF n'en finit pas d'agiter le monde politique Suisse. Cette fois ci, c'est carrément le Conseil Fédéral qui s'est exprimé sur la motion « EPF. Taxes d’études équitables ». Cet avis, ainsi que la motion en question, peut être trouvé ici :

http://www.parlament.ch/f/such/page/geschaefte.aspx?gesch_id=20134008

l'AGEPoly ne pouvait bien entendu pas s'abstenir de réagir. Vous trouverez notre communiqué de presse à cette adresse :

http://agepoly.epfl.ch/agepoly/media/docs/CommuniqueAGEPolyTaxes-PP-CF.pdf

Posted by Renaud Goupil at 18:46
Taxes d'études: un point sur la situation

Le mardi 20 novembre 2013, l’AGEPoly et la FAE (Fédération des Associations Étudiantes, l’association des étudiant-e-s de l’UNIL) ont organisé une conférence sur les taxes d’études.

En effet, le sujet étant en évolution constante, nous nous sommes dit qu’une petite mise au point était nécessaire.

Voici quelques éléments qui ont été présentés lors de cette conférence. Un compte-rendu plus complet est disponible ici, et un article de L’Auditoire .

Photo prise par Mélanie Glayre, lors de la présentation de Samuel Bendahan

 

Tout d’abord, Gilles Baud, responsable des Relations Extérieures à l’AGEPoly, a fait un bref historique de la situation aux EPF.

- Déjà en 2003, Patrick Aebischer affichait sa volonté d’augmenter les taxes d’études de manière significative, et également de les différencier pour les étrangers/ères.

- Printemps 2012 : le CEPF (Conseil des EPF) annonce son projet de doubler les taxes d’études pour tout-e-s les étudiant-e-s des EPF.

Le député Nordmann dépose une initiative « pour des taxes d’études équitables », qui permet la suspension du projet du CEPF. Cette initiative prévoit l’adaptation au renchérissement au coût de la vie pour les étudiant-e-s suisses (mais absence de date de référence). Elle ouvre également la possibilité d’aller jusqu’au triplement pour les étudiant-e-s étrangers/ères.

- Cette initiative sera retirée, pour laisser place à la motion du CSEC-N (Commission de la Science, de l’Éducation et de la Culture du Conseil National): une augmentation des taxes est possible sur proposition du CEPF, la décision finale étant prise par le Conseil Fédéral. Le triplement est toujours prévu pour les non résident-e-s fiscaux. Affaire à suivre...

 

Etienne Kocher, co-président de la FAE, décrit la situation plus générale en Suisse.

Il précise tout d’abord que la FAE est pour la gratuité, et donc contre toute augmentation.

Dans le cas des universités, c’est le Conseil d’État qui fixe le niveau des taxes. Et l’université de Lausanne n’a rien à craindre (pour l’instant du moins) : le Conseil d’État vaudois a réaffirmé sa volonté de maintenir les taxes au niveau actuel, et ce jusqu’à la fin de son mandat.

À un niveau plus général : les taxes d’études en Suisse se situent entre 1300 et 1600 CHF par année en moyenne. Des hausses sont prévues dans plusieurs écoles suisses (EPF, Bâle, St Gall notamment); dans ces cas, nous sortons du modèle où les taxes des étudiant-e-s couvrent uniquement les frais administratifs (soit environ 500  CHF par semestre).

 

C’est ensuite Mélanie Glayre, membre du comité exécutif de l’UNES (Union des Étudiant-e-s de Suisse) qui prend la parole.

Elle explique que la représentation des étudiant-e-s se fait à plusieurs niveaux: dans chaque école, il y a au moins une association étudiante; certaines de ces associations sont membres de l’UNES. L’UNES représente les étudiant-e-s au niveau national: elle travaille toute l’année pour la défendre leurs droits. Cela passe notamment par le soutien des sections, mais également du lobbying auprès des parlementaires. Elle précise que l’UNES combat également l’augmentation des taxes d’études, et est pour leur suppression, ou du moins, pour leur diminution. “L’éducation est un bien public, et doit le rester!”

 

Deux membres du RESACTE (Réseau d’action étudiante) expliquent ce qu’est ce réseau, et comment il s’est formé.

Les taxes d’études ont commencé à augmenter en Suisse depuis 2 ans. La CUAE (Genève) et la KRIPO (Zürich), ont commencé à tisser des liens; elles estiment que la voie parlementaire (cf. UNES) n’est pas la seule voie à explorer, et qu’il faut mener des actions pour combattre l’augmentation des taxes d’études. Par la suite, le MOCAT (Mouvement Contre l’Augmentation des Taxes d’études), la FAE, ainsi que des étudiant-e-s tessinois-es (entre autres) les ont rejoint.

Le Resacte insiste sur deux points: la lutte contre toute forme d’augmentation des taxes, et aucune discrimination envers les étudiant-e-s étrangers/ères.

Ce réseau est notamment à l’origine de deux actions qui visaient spécifiquement l’augmentation des taxes d’études: l’occupation des bureaux du CEPF l’année passé à Berne, et la co-organisation avec StopLaHausse (étudiant-e-s de HES et gymnasien-ne-s) de manifestations à Genève.

Ils rappellent qu’il est essentiel de créer un rapport de force, de communiquer des papiers de position, mais également de s’unir.

 

Samuel Bendahan, chargé de cours à l’UNIL et à l’EPFL, et député socialiste au Grand Conseil Vaudois nous a offert un aspect économique des taxes d’études.

Il précise qu’à titre personnel, il est contre l’augmentation, et pour la gratuité.

Il remarque tout d’abord qu’une augmentation des taxes d’études de 1000 CHF représente beaucoup moins dans le budget des écoles que dans le budget d’un-e étudiant-e.

Si l’on considère que le budget fait la qualité, alors on n’augmente pas beaucoup la qualité de l’école; de plus, chaque étudiant-e paie plus cher que ce que l’école reçoit.

En outre, il est difficile de prélever 1000 CHF dans un budget étudiant; en effet, après le loyer, la nourriture, les frais de transport, etc...il devient très dur de réduire le budget. Le problème n’est pas tant que la somme demandée est élevée, c’est surtout qu’elle est élevée par rapport au reste.

Ensuite, il est important de constater que le fait d’augmenter les taxes d’études n’entraînera pas une augmentation des bourses d’études: en effet, les bourses proviennent d’enveloppes budgétaires (la somme allouée aux bourses reste constante). On assistera donc à un changement de politique d’attribution des bourses (on prélèvera à certain-e-s pour donner plus à d’autres), et non à une hausse globale des bourses. Une partie des boursiers/ières subira donc une double hausse: la hausse des taxes d’études, et la baisse des bourses!

Samuel Bendahan conclut qu’il existe en réalité d’autres taxes d’études, plus justes, et qui fonctionnent très bien: les impôts! Une fois l’étudiant-e formé-e, les impôts payés seront d’autant plus importants grâce à la valeur ajoutée créée par les études.

 

Finalement Mathias Reynard, Conseiller National, décrit la situation politique.

Depuis quelques années, nous sommes dans une logique d’augmentation des taxes d’études et de différenciation des étrangers/ères (cf St Gall). Or, en Suisse, nous sommes dans la moyenne européenne pour les taxes d’études, mais en dessous concernant les bourses (en plus de la grande variabilité entre cantons): l’État se désengage peu à peu.

Le problème dans le cas des EPF, c’est que les autres hautes écoles regardent particulièrement dans leur direction: on peut donc craindre que si la hausse et la différenciation dans les EPF sont acceptées, les autres hautes écoles suivront..

Seulement, une telle décision irait contre les engagements de la Suisse :

- les taxes d’études doivent être “socialement acceptables”

- les taxes d’études doivent seulement couvrir les frais administratifs

- communiqué de Bucarest de 2012 : tout doit être financé par le public. On va de plus en plus vers des financements privés, ce qui entraîne souvent des conflits d’intérêt.

- pacte 1 de l’ONU réclame la gratuité des études supérieures

Une des raisons souvent donnée en faveur de l’augmentation des taxes d’études est pour pousser les étudiant-e-s à finir leurs études rapidement. Mais l’augmentation pourrait avoir l’effet inverse : plus les études sont chères, plus il va falloir travailler à côté pour payer ses études (surtout quand l’on sait que ¾ des étudiant-e-s travaillent déjà à côté des études), ce qui ne favorisera pas la réussite rapide des études. De plus, la Suisse manque cruellement de personnels qualifiés ; il est donc idiot de créer un obstacle supplémentaire à la formation.

Mais pourquoi alors de tels projets, quand on sait qu’en plus les gains générés représentent une partie insignifiante du budget des grandes écoles?

L’intérêt est uniquement pour l’image de l’école, pour le prestige, la réputation à l’étranger. On pense qu’une école avec des bas frais d’études doit être une mauvaise école.  

L’initiative Nordmann et la motion du CSEC-N (dont fait partie M. Reynard) ont permis de gagner du temps et d’amener le débat sur la scène fédérale. Mais il faut à tout prix renforcer la résistance des étudiant-e-s: il est impératif que les mouvements prennent de l’ampleur pour que les politiques puissent prendre le relai! Et que ces mouvements prennent de l’indépendance par rapport à la direction de l’école. Il faut créer un rapport de force, et arrêter de s’imaginer que la direction va bien vouloir discuter à ce sujet.

 

Posted by Coralie Boulet at 16:34
Présentation des dossiers

Nous faisons ici une brève description des majeurs dossiers que nous traitons en ce moment. Si vous avez envie de communiquer des informations concernant ces points, ou que vous vous sentez motivé-e-s à participer à l'un de ces dossiers, n’hésitez pas à nous contacter.


 

  • Examens bonus

 

La CDS (Conférence des Directeurs-trices de Section) a décidé de supprimer les examens bonus.

- La décision est purement consultative : Faire des examens bonus est toujours possible (art.3 alinéa 3 de l’ordonnance sur le contrôle des études à l’EPFL), mais la direction fait des pressions administratives sur les enseignant-e-s pour qu’ils ou elles ne fassent plus de bonus. Il est important de communiquer avec les professeur-e-s, qui bien souvent tiennent à conserver ces examens, mais ne sont pas toujours informé-e-s que légalement ils ou elles en ont encore le droit.

-Nous militons pour le maintien des examens bonus : contacts avec le DAF (Domaine de la Formation) , la CDS, la CCE (Conférence du Corps Enseignant)

 

Responsables: Renaud, Alex

 

 

 

  • QCM

 

Les examens QCM (Questions à Choix Multiples) se généralisent dans les cours d’analyse, physique, algèbre, etc. notamment en 1ère année.

Situation actuelle (année propédeutique): 30% de QCM maximum dans l’examen commun d’analyse. 100% dans celui d’algèbre. Pour les autres cours, les professeur-e-s sont libres de choisir. Chaque professeur-e doit faire valider son QCM par la section.

- Nous demandons une limitation/suppression des QCM: discussions avec le DAF, la CDS, la CCE…

 

A savoir: nous avons contribué à la diminution du pourcentage des QCM des examens de premières années ! Cette demande avait été faite par les délégué-e-s de classe lors de la rencontre semestrielle avec la direction de l’EPFL en Avril 2013. Nous avons défendu ce point de vue depuis lors. Le projet initial comptait créer des examens 100% QCM :  en exposant nos arguments, et en insistant sur ce point, les examens sont désormais de 30% QCM maximum, comme demandé par les délégué-e-s.

 

Responsable: Renaud

 

 

 

  • Restauration

 

Le nombre de micro ondes a diminué de manière dramatique depuis le début du semestre, que ce soit dans les restaurants ou dans les bâtiments des sections. Les cafétérias n’affichent pas correctement les prix de leurs articles et refusent plusieurs services aux étudiant-e-s (recharge de la carte Camipro par exemple). Les prix ont augmenté ces dernières années, bien que la qualité ait diminué (il y a quelques années, un “menu” comprenait plat, salade et pomme). Avec l’arrivée des commerces au quartier Nord (Migros, Denner, Cut, ..), nous espérons que la nouvelle concurrence permettra de motiver les restaurateurs à améliorer leur offre.

- L’AGEPolytique est en train de monter un dossier à ce sujet.

 

Responsables: Renaud, Sébastien, Lara, Andrea, Lauriane

 

 

 

  • Moodle

 

Sur moodle, les professeur-e-s (et les assistant-e-s) ont accès à énormément d’informations : combien de fois un-e étudiant-e s’est connecté-e sur leurs cours, pour combien de temps, quels documents ont été téléchargés, combien de temps a été passé à consulter les cours, etc... Ces données ne sont pas anonymes! Cela peut entraîner un flicage de la part de certain-e-s professeur-e-s, qui peuvent développer des a priori négatifs, même inconsciemment, sur certain-e-s étudiant-e-s. Il s’agit d’une atteinte grave à la vie privée et à la liberté académique.

 

A savoir: Le dossier est désormais réglé! Les professeur-e-s et assistant-e-s n’auront plus accès à ces données individuelles, mais uniquement à des statistiques anonymisées globales.

 

Responsables: Renaud, Andrea


 

 

  • MOOCs (Massive Online Open Courses)

 

Les MOOCs sont des cours sous forme de vidéos et d’exercices en ligne. L’AGEPolytique reconnaît que ce sont des bons supports de cours. Cependant, nous craignons que les MOOCs puissent avoir pour vocation de remplacer les cours ex-cathedra (flipped classes), et nous nous opposons fortement à ce concept.

Un autre problème majeur des MOOCs est la plateforme utilisée par l’EPFL : Coursera, dont la conception du respect de la vie privée est assez libérale. Le sujet est abondamment débattu au sein de la direction de l’EPFL, et nous faisons tout pour faire entendre notre point de vue sur le sujet. Nous avons notamment rencontré l’approbation de la CCE sur plusieurs points. Nous participons à un groupe de travail sur le sujet avec la direction de l’EPFL.

 

A savoir: des avancées ont récemment eu lieu sur le sujet de la vie privée. A notre demande des discussions vont être engagées entre Coursera et la direction de l’EPFL afin de rapatrier les donnée des étudiant-e-s en Suisse et de limiter leur usage par Coursera à des statistiques globales uniquement. Résultats attendus pour le printemps-été 2014

 

Responsables: Gilles, Alex


 

 

  • Taxes d’études

 

Le sujet est en évolution constante (dernier revirement de situation: le 31.10.13), mais l’idée reste la même: que ce soit le CEPF (Conseil des EPF) ou les député-e-s, la volonté affichée est d’augmenter les taxes d’études. Le dernier projet en date est la motion déposée par le CSEC-N (Commission de la Science, de l’Education et de la Culture): elle prévoit que les taxes puissent être augmentées sur proposition du CEPF, mais que la décision finale reviendrait au Conseil Fédéral; elle prévoit également que ces taxes augmentées puissent être jusqu’à triplées pour les non-résident-e-s fiscaux.

Le Conseil fédéral a récemment réagi et conseille le rejet de cette motion. En effet, il souhaite faire une modification de la loi en collaboration avec le CEPF et l’intégrer par la suite au message FRI 2017-2020. Cette modification prévoirait toujours une différenciation des taxes pour les étudiant-e-s non-résident-e-s.

Avec l’aide de l’UNES (Union des Etudiant-e-s de Suisse), l’AGEPolytique fait du lobbying auprès des parlementaires; nous avons également organisé récemment une conférence pour informer les étudiant-e-s à ce sujet.

 

Responsables: Gilles, Coralie


 

 

  • Bourses d’études

 

Actuellement, le système boursier de Suisse dépend des cantons, ce qui entraîne de larges disparités. En tenant compte de l’inflation, ces bourses ont diminué en volume financier. L’initiative de l’UNES a pour but de transférer la compétence d’attribution des bourses au niveau fédéral, afin de l’harmoniser et d’augmenter le nombre d’étudiant-e-s qui en profiteront.

L’Assemblée Générale de l’AGEPoly a décidé le 30 octobre 2013 de soutenir financièrement la campagne de cette initiative à hauteur de 35 000 CHF.

Parallèlement à l’initiative de l’UNES, un projet de loi a été déposé par le Conseil d’Etat, qui vise à modifier les lois cantonales actuelles pour “[mettre] en oeuvre l’Accord Intercantonal  concernant l’harmonisation des régimes des bourses d’études” (cf. LAEF). Nous sommes en train d’écrire une prise de position concernant ce projet de loi.

 

Responsables: Gilles, Coralie

 

 

Posted by Coralie Boulet at 11:38
Présentation de l'équipe AGEPolytique

Voilà la superbe équipe AGEPolytique! Sympathique, motivée, et surtout engagée. Elle se compose des responsables AGEPolytique et relations extérieures de même que d’une petite dizaine d’étudiant-e-s de différentes années et sections. Nos deux responsables sont membres du comité de direction de l’AGEPoly.

 

Si tu es intéressé-e à te joindre à nous, n’hésite pas à nous contacter: cela nous sera un immense plaisir d’agrandir notre petite famille! Si tu considères que tu n’as pas assez de temps pour t’engager de manière régulière mais que tu aimerais tout de même t’investir dans un projet qui te tient particulièrement à coeur: pas de problème! Tu peux simplement contacter un-e des membres en charge de ce dossier.

 

Responsable AGEPolytique:

 

 

• Renaud Goupil:

Étudiant en 3ème année Sciences et Technologies du Vivant. Actuellement membre de l’Assemblée d’Ecole, de la Conférence des Directeurs de Section et de 2-3 autres trucs liés à mon poste d’AGEPolytique. Aussi membre du conseil de faculté SV. Je suis dans l’équipe depuis 2011, impliqué depuis longtemps dans tous les postes de représentation étudiante possible, notamment délégué de classe . Bref j’ai fait/je fais pas mal de choses dans le domaine depuis 5 ans, souvent au détriment de mes études d’ailleurs… Est-il besoin de préciser que j'adore mon job ?

 

Responsable relations extérieures:

 

• Gilles Baud:

Représentant étudiant à l’Assemblée d’Ecole et au Conseil de Faculté SV. Je représente également l’AGEPoly à l’UNES, où je suis notamment membre de la HoPoKo et du GT EPF (entre autres…). Je suis aussi délégué de classe de 3ème année de Sciences et Technologies du Vivant.

 

Equipe:

 

• Sebastien Anthamatten:

Étudiant en 2ème Bachelor de Microtechnique. J’ai rejoint l’AGEPolytique vers octobre 2012. Je suis en outre en charge du dossier Restauration.

 

• Coralie Boulet:

Étudiante et déléguée de première année de Master en Sciences et Technologies du Vivant. Impliquée dans l’AGEPolytique depuis juin 2013. J’ai également rejoint la CodEg (la commisssion de l’égalité de l’UNES) très récemment. Je m’occupe notamment du dossier taxes d’études et du blog AGEPolytique (et je pense également mettre mon nez dans ce qui concerne les projets de lois sur les bourses d’études).

 

• Andrea De Micheli:

Étudiant en première année de Master en Bioingénierie. J’ai rejoint l'équipe en septembre 2013 et en ce moment je m’occupe des de la restauration sur la campus (car j’aime bien manger) ainsi que des problèmes de confidentialité sur moodle.

 

• Alex Fratzl:

Étudiant et délégué en deuxième année de Bachelor en Sciences et Technologies du Vivant. Je suis vice-responsable du pôle représentation en SV. Impliqué dans l’AGEPolytique depuis juin 2013. Je m’occupe notamment du dossier des MOOCs, du Blog AGEPolytique et des Examens Bonus.

 

• Lauriane Mollier:

Étudiante et délégué en première année d’informatique. Je suis entrée dans l’équipe en novembre 2013.

 

• Lara Naested:

Étudiante en première année de Master en Chimie, Renaud m’a convaicue d’intégrer l’équipe depuis septembre 2013 :-) Je m’occupe du dossier Restauration notamment.

 

• Arnaud Oechslin:

Étudiant en 1ère Master de Physique. Je suis  à  l’AGEPolytique depuis 2009. Responsable AGEPolytique 2011-2012.

 

• Geneviève Rydlo:

Étudiante en deuxième année de master de la technologie. Je suis également membre du conseil de collège.

Posted by Alex Fratzl at 12:21
Bienvenue sur le blog de l'AGEPolytique

Après plusieurs années d’inactivité, l’équipe de l’AGEPolytique a décidé de relancer son blog. Nous estimons qu’il constitue un important vecteur d’information et de communication.

Ce blog a pour but d’informer tout-e-s les étudiant-e-s des dossiers que nous traitons et des avancées de chacun d’eux. Nous aimerions également établir un lien avec VOUS, étudiant-e-s de l’EPFL, membres de l’AGEPoly: recueillir vos commentaires vis à vis des dossiers, répondre à vos questions, obtenir vos avis, vos propositions, ou bien encore vos critiques.

 

Mais d’abord, l’AGEPolytique: qu’est-ce que c’est?

 

En tant qu’étudiant-e à l’EPFL, vous êtes automatiquement membre de l’Association Générale des étudiant-e-s de l’EPFL: l’AGEPoly.

L’AGEPoly vous propose entre autres des services (bourse aux livres, vente d’articles de sports, …), des animations (Semaine d’Intégration, PolyNite, PolyNice, Vivapoly, …), mais aussi une représentation, c’est à dire la défense de vos intérêts auprès des différentes instances de cette école : voici le rôle de l’AGEPolytique!

 

Ce que nous faisons concrètement:

 

Chaque semaine, l’équipe de l’AGEPolytique se réunit pour discuter des problèmes que rencontrent les étudiant-e-s au cours de la vie académique.

Afin de les résoudre, nous siégeons dans différentes assemblées et commissions, qui nous permettent de représenter les étudiant-e-s auprès des différents organes de l’EPFL. Ainsi, nous rencontrons régulièrement vos délégué-e-s, qui sont les interlocuteurs privilégiés lors de problèmes universitaires, de même que les professeur-e-s, les directrices et directeurs de sections et de facultés, le DAF (Domaine de la Formation) et les membres de la direction.

Les principaux dossiers que nous traitons en ce moment sont la généralisation des QCM (surtout en première année), la suppression des examens bonus, la hausse des taxes d’études, l’installation progressive des MOOCs, les divers problèmes liés à la restauration (micro-ondes, qualité/prix,...), le manque d’infrastructures dédiées à l’éducation et l’initiative sur les bourses d’études.

 

 

Si tu es intéressé-e par ce que nous faisons, nous serions ravi-e-s que tu te joignes à nous :)

 

 
Posted by Coralie Boulet at 16:23
Taxes d'étude et bourses

Nombre d'entre vous se sont demandés ce que voulait dire le sondage sur le site de l'AGEPoly concernant les taxes d'étude.

Effectivement, nous avons lancé ce sondage sans aucune explication laissant ainsi la place pour les rumeurs et bruits de couloir les plus improbables.

Le fait est que le sujet des taxes d'étude est discuté en ce moment entre les deux écoles polytechniques et qu'une augmentation voire une totale refonte du système des taxes d'étude pourrait voir le jour.

C'est en ce sens que l'AGEPolytique organise un débat/conférence mercredi 10 décembre prochain dès 18h00 en CM105 !

Nous vous présenterons brièvement la situation actuelle des taxes et bourses d'étude puis, nous solliciterons vos avis afin de connaître au mieux l'opinion générale des étudiants. La séance ne devrait pas durer plus d'une heure et sera suivie d'un apéritif.

 

Un article plus détaillé sur les taxes vous parviendra via ce blog et le site de l'AGEPoly dans les plus brefs délais !

 

Je me permets également de noter ici qu'il y aura également une séance de présentation de l'UNES (l'Union des Etudiants Suisses) mercredi prochain à 17h15 soit juste avant le débat/conférence.

 

En espérant vous voir nombreux mercredi prochain !

Posted by Samuel Cobbi at 8:39
Page : « Previous 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 Next »