Cette page appartient aux archives web de l'EPFL et n'est plus tenue à jour.
This page belongs to EPFL's web archive and is no longer updated.

Blog de l'AGEPolytique

Les bourses, le sujet de la rentrée universitaire

La question des bourses semble jour après jour s'imposer comme le sujet de la rentrée universitaire.

Après l'interview de Patrick Aebischer dans l'Hebdo en début d'été, où il était question des bourses d'étude et d'une augmentation des taxes pour les financer, le Temps proposait dans son édition de hier un grand dossier sur la question.

Nicolas Dufour y souligne l'indécence et le paradoxe du système actuel.
Indécence de par la modestie des aides accordées, de par les inégalités entre étudiants provenant de différents cantons, de par les freins à la mobilité que cela implique.
Paradoxe ensuite car personne n'est satisfait du système actuel, tout le monde l'exprime et rien ne bouge.

L'édito résume bien la situation politique.
Pour l'instant, Confédération et rectorats se taisent, attendant les conclusions des cantons. Ces derniers vont-ils réussir à s'entendre sur un semblant d'harmonisation, des standards minimaux ? La CDIP a pris son temps mais semble enfin prête à présenter un projet. Si ce dernier devait ne pas être satisfaisant, il sera alors du ressort de la Confédération, en collaboration avec les recteurs, de proposer un grand projet national pour les bourses.

Le nouvel article constitutionnel le permet.

 

Les articles, par Nicolas Dufour :

Les commentaires sont ouverts sur cet article, mais aussi possibles sur le forum de l'AGEPoly.

Posted by Antonin Danalet at 13:40
L'homme qui ne prend jamais de vacances
C'est l'été.

La période des festivals bat son plein, les plages sont remplies, farniente, terrasses et crèmes glacées. Tous les étudiants profitent d'un repos bien mérité après plusieurs semaines d'examens.

Mais sur le campus un homme n'est toujours pas en vacances. Il est même très actif, en particulier dans l'Hebdo du 17 juillet 2008 :


L'Hebdo : Economiesuisse demande un relèvement des taxes d'études entre 2000 et 5000 francs par an. Qu'en pensez-vous?

Patrick Aebischer : L'argent ne doit jamais être un facteur déterminant dans la poursuite des études. Mais je ne pense pas que l'écolage à zéro franc soit une bonne solution. Je constate par ailleurs qu'il est très difficile de suivre une formation scientifique tout en exerçant parallèlement une activité rémunérée. Que faire pour les étudiants aux conditions modestes et dont le nombre diminue au fil des ans à l'EPFL? Je suis favorable à un doublement de l'écolage pour autant que le montant récolté serve à les aider, par l'octroi de bourses, et non à financer l'école. Par ailleurs, je trouve injuste que des personnes financièrement défavorisées subventionnent des non résidents qui ne paient pas leurs impôts en Suisse. Et à qui on demande, de surcroît, de quitter le pays une fois leurs études terminées. L'écolage de ces non résidents doit donc être adapté.

L'Hebdo : Dans quel délai?

Aebischer : Les associations d'étudiants sont ouvertes à cette réforme. Celle-ci devrait aboutir dans les deux ans à venir, après concertation de toutes les parties intéressées.



C'est l'été.

La presse nous gratifie de marronniers, cherche à remplir ses colonnes et Patrick Aebischer sort une idée que l'on sait pertinemment contraire aux avis des étudiants. Mais ça tombe bien, ils sont en vacances. Ils ne vont donc pas téléphoner, se réunir ou prendre rendez-vous.
Pensez donc, l'un est à Ibiza, l'autre au Montreux Jazz, le troisième travaille pour financer ces études, et tous les autres sont rentrés chez eux, bien loin du campus de Dorigny. Il n'y aura donc pas de sit-in.

Mais cette année, Patrick Aebischer fait très fort. Non seulement il profite des vacances pour sortir un ballon d'essai, mais en plus, il y associe à tort les étudiants.
Lors de la Conférence des Recteurs des Universités Suisses (CRUS), dont il aime à rappeler qu'il est le doyen, avec ses nombreuses années de présence, l'idée avait été émise. Informellement, ballon d'essai interne. Et les représentants de l'UNES (Union des étudiants suisses) avaient exprimé leur désaccord.
Lors de la rencontre semestrielle avec l'AGEPoly, l'Association générale des étudiants de l'EPFL, et l'AES (Association des étudiants des hautes écoles suisses), j'ai personnellement abordé la question et demandé à la Direction son avis sur les propositions d'economiesuisse. Aucune mention de son projet par Aebischer et réception plutôt fraîche des idées d'economiesuisse. Et par conséquent, aucun soutien de la part des étudiants, puisque l'on ne nous a même pas demandé notre avis.
En y cherchant bien, on trouve effectivement un étudiant qui avait, il y a 6 ans, soutenu un projet similaire. A titre personnel. Ça prouve peut-être que Aebischer a une bonne mémoire, mais surtout qu'elle est sélective.

Mais peut-être n'a-t-il pas bien compris la position des étudiants? Celle de l'UNES me semble pourtant d'une grande clarté. Il y a même une petite brochure avec des couleurs, pour comprendre plus facilement. Et surtout, une proposition de loi, concrète, applicable, réaliste, dont l'idée a été soutenue par l'AES.

La proposition de Patrick Aebicher s'appuie sur deux idées fausses, largement répandues.

Les étudiants sont des privilégiés, dont on finance les études pour leur seul et unique intérêt. C'est donc à eux de financer ce qui leur permettra ensuite de gagner égoïstement un bon salaire. Et de toute façon, les études, c'est un peu les vacances, c'est normal de payer pour.

En partant de ce point de vue, il est normal que les étudiants financent les étudiants. En effet, quel intérêt aurait la société à avoir des membres hautement qualifiés, des ingénieurs, des médecins, des architectes ?
Il faut absolument casser ces idées reçues. La formation n'est pas la seule affaire des étudiants. La société a des besoins en personnel qualifié, l'économie suisse a besoin des innovations de la recherche, de chercheurs. On n'arrête pas de le répéter, d'assurer que l'on va vers une société de la connaissance. Mais cette évolution a un coût. Et on ne peut absolument pas se permettre de se limiter dans cet objectif de formation aux étudiants les plus riches. Concentrons nous simplement sur les meilleurs.
Pour ces raisons, je pense qu'il est très mal venu de demander aux étudiants de financer les bourses des étudiants. Ou alors, allons jusqu'au bout, soyons cohérents, et demandons aux chômeurs les plus riches de payer pour les chômeurs les moins riches. La formation est une question de survie pour l'économie suisse, une priorité politique, il faut investir dans ce sens. L'Etat, et pourquoi pas les entreprises privées, peuvent aisément résoudre le problème de l'égalité des chances, sans avoir à ponctionner les étudiants.

Les étudiants étrangers « volent » l'argent du bon contribuable suisse pour se former et vont ensuite remplir les rangs des armées de chercheurs étrangers qui affaiblissent la compétitivité de la place industrielle et scientifique suisse.

D'ailleurs, des étrangers, en Suisse, il commence à en avoir beaucoup.
Encore une fois, pas facile de casser cette image. Il faut comprendre que dans le milieu de la recherche, l'étranger, c'est un peu comme dans le sport. Ce n'est pas celui qui s'incruste pour nous voler notre argent, c'est celui qu'on recrute, le meilleur, celui qui va faire gagner l'équipe, en y apportant son talent, son regard différent, ses idées fraîches, ses connaissances. Notez d'ailleurs que dans ces deux milieux, la simple énonciation du mot « étranger » n'a pas la même connotation que lors des votations. Un étranger, dans le sport comme dans la recherche, c'est un type doué, qui s'est déplacé parce que c'était le meilleur. S'il y a une injustice, c'est de ne pas le laisser utiliser ses talents dans nos entreprises, c'est de le laisser partir après l'avoir recruté. Si effectivement il coûte à la collectivité, il suffirait de l'accueillir dans nos entreprises, de le laisser participer à la prospérité de nos entreprises de pointe, et de lui permettre de payer des impôts à la fin de ses études.

Et je ne parle même pas des effets de cette proposition sur les étudiants de la classe moyenne (hop, une troisième idée fausse : les étudiants font partie de deux groupes, les pauvres, les riches).

Les étudiants s'opposent donc à cette idée. Mais encore une fois, s'il n'y avait que ça, nous serions dans un échange banal, classique, presque traditionnel, où economiesuisse propose une augmentation des taxes d'écolage sans en avoir jamais parlé avec les étudiants, et les étudiants protestent.
Non, cette fois, il y a cette découverte exceptionnelle : Patrick Aebischer, qui parle déjà beaucoup et est très présent dans les médias, est désormais le porte-parole officiel des étudiants !

Les commentaires sont ouverts sur cet article, mais aussi possibles (anonymement et non google-ranké à votre nom) sur blogspot, sur 24 Heures et sur le forum de l'AGEPoly.
Posted by Antonin Danalet at 17:47
Pour une VERITABLE harmonisation des aides à la formation
Communiqué de presse commun de l'UNES et de l'AES (que je poste avec un peu de retard...)

Depuis de nombreuses années, les deux organisations faîtières des étudiant-e-s, l'AES et l'UNES, s'engagent pour une harmonisation des bourses et ont déjà présenté des propositions concrètes, dont un projet de loi. Bien que le nombre d'étudiant-e-s ait augmenté ces dernières années, le montant alloué aux aides à la formation a été continuellement réduit; l'inégalité sociale et l'atteinte à l'égalité des chances sont les résultats de cette évolution.
Les systèmes de bourses sont organisés selon les règles du fédéralisme et ont été jusqu'à présent mis sur pied par les différents cantons. Ceci a conduit à de grandes différences dans le montant et les conditions d'obtention d'une aide à la formation.
Compte tenu du fait que la formation est une des ressources les plus importantes pour la Suisse, il faut remédier à ce problème au plus vite. Nous saluons donc sur le fond l'action de la CDIP sur cette question et sa proposition de concordat intercantonal.

Les aides à la formation doivent être unifiées de façon à permettre d'étudier à plein temps jusqu'à l'obtention du titre nécessaire à l'exercice du métier choisi. Pour rendre ceci possible, le système de bourses doit se fonder sur la réalité des études dans les hautes écoles et prendre en compte toutes les exigences supplémentaires lors d'un changement de type de haute école. Ce montant ne peut être remplacé par des prêts dont l'effet néfaste sur le libre choix des études a été prouvé à maintes reprises. Il y a dans la proposition de la CDIP des lacunes importantes à ce sujet. Le fait qu'un-e étudiant-e ne puisse financer sa première formation que par des prêts, qui plus est avec intérêts, est inacceptable.
Le libre choix des études doit être maintenu et garanti que ce soit pour l'orientation des études ou pour le lieu de ces études. Un calcul des bourses en fonction du lieu le moins cher limiterait le choix du lieu d'études, alors qu'au vu du profilage des filières et de la compétition entre les hautes écoles, il est nécessaire d'être flexible.

Afin de rendre les études dans les hautes écoles accessible à tou-te-s les étudiant-e-s en ayant les capacités, indépendamment de leur origine sociale, il faut une solution uniformisée pour tous les cantons qui règle les critères pour l'obtention d'une aide à la formation ainsi que les standards minima relatifs au montant et à la manière de le calculer. Sur la base du caractère non contraignant du concordat intercantonal, le danger existe que l'on n'atteigne toujours pas une harmonisation globale. Il serait alors nécessaire de prendre le chemin d'une loi fédérale!
Posted by Antonin Danalet at 17:06
Assurance qualité, le bandeau
Un mois a passé depuis le dernier post, les examens sont derrière nous, les vacances commencent, mais je vous fais quand même un peu de pub, de la pub bling-bling même...

Le bandeau 'assurance qualité' bling bling de l'UNES


J'aurais dû mettre ce bandeau avec l'article concernant la formation qui s'y rapporte, mais j'ai oublié... Et je me dis qu'un bandeau de pub pareil, ça ne se rate pas; le blog de la Représentation se devait de l'avoir :)

Pour en savoir plus, cliquez sur le bandeau ou lisez l'article sus-mentionné.

Bonnes vacances !

Et à demain soir pour les fidèles parmi les fidèles !
Posted by Antonin Danalet at 23:37
Rétrospective politico-people 08

Plus d'articles depuis un mois sur ce blog, c'en est trop, je craque.

Examens, fin des cours, bientôt fin de l'année académique, bientôt l'heure des vacances, ... Il est donc grand temps de faire une rétrospective de l'année académique écoulée !

Et comme j'ai bien peu de temps pour écrire sur ce blog, en cette période d'examen, je vous propose de laisser les images parler.

Le thème : qu'ont fait nos dirigeants politiques, tant locaux que nationaux, pendant cette année ?

Et bien de la Wii tout d'abord, pour notre Vice-président pour l'innovation et la valorisation et le Président de l'ETH :

Jan-Anders Manson, Vice-Président pour l'innovation et la valorisation, et Ralph Eichler, président de l'ETH jouent à la Wii



Et pour ce qui est du même Vice-président de l'EPFL et du nouveau Président du Conseil des EPF, ils ont... Comment dire ? Ils ont arboré un nouveau style capillaire :

Jan-Anders Manson, Vice-Président pour l'innovation et la valorisation, et Fritz Schiesser, président du CEPF, ...



Il semble que le Président du CEPF ait très rapidement découvert l'esprit des EPF...

Source : Challenge 08

Posted by Antonin Danalet at 22:27
Comments (2)
Programme du séminaire de qualification du pool d'accréditation du 24.05.08
Invitation au Séminaire de qualification pour les accréditation (formation de base)


Pool d'accréditation des étudiant-e-s


le 24.05.2008 à Berne


Le pool d'accréditation des étudiant-e-s propose une deuxième formation de base pour les expert-e-s étudiant-e-s le samedi 24 mai 2008 à Berne, dans les locaux de l'UNES. En plus d'une présentation du paysage des hautes écoles suisses, il y aura une introduction à la philosophie et aux méthodes de l'assurance qualité. Le point de vue des hautes écoles sera également intégré.

Programe

09:00 Salutations et présentations

09:30 Introduction au paysage des hautes écoles (hautes écoles spécialisées et universités)
Co-présidium de l'UNES

10:00 Assurance qualité et accréditations: contexte et standards
Christian Schneijderberg (UNES)

11:00 Pause

11:15 Assurance qualité dans les hautes écoles
Martin Halter (responsable de l'assurance qualité à la HES de Berne)

12:30 Pause de midi (une collation vous sera offerte)

14:00 Standards et analyse d'une auto-évaluation
Isabelle Dustin (OAQ)

17:00 on-site-visits et rôle des expert-e-s
Expert-e-s (UNES)

18:00 Apéro

La participation à la formation de base est une condition incontournable pour être proposé-e comme expert-e étudiant-e dans une procédure d'accréditation! C'est seulement après votre formation qu'aura lieu votre sélection dans le pool. C'est la seule façon pour nous de tenir la promesse faite à nos partenaires des hautes écoles et des agences d'accréditation de présenter des étudiant-e-s actives-fs et compétent-e-s en gage de notre contribution au développement de la qualité.

Donc venez et venez nombreuses et nombreux le 24 mai. C'est une occasion incomparable de devenir plus intelligent-e et plus compétent-e (!!). De plus, nous aurons l'occasion d'échanger de façon informelle pendant l'apéro.

Inscription auprès de l'UNES
Deadline : 05.05.2008

Merci

--
________________________________________________
VSS - Verband der Schweizer Studierendenschaften
UNES - Union des Etudiant-e-s de Suisse
USU - Unione Svizzera degli Universitari
USS - Uniun svizra da studentas e students
http://www.vss-unes.ch - mailto:info@vss-unes.ch
Laupenstr. 2 - CH-3001 Bern - +41 31 382 11 71
Posted by Antonin Danalet at 16:29
Encore une innovation: Taxes d'études au mérite!
EconomieSuisse nous gratifie encore d'une brillante idée, qu'ils ont dû murement réfléchir pour l'inclure dans leurs lignes directrices de l'économie concernant la formation et la recherche (allez voir p.13 et 14, c'est vraiment instructif...).

Notons tout de même que cette idée va à l'encontre de tout ce qui a été décidé jusqu'à présent spécifiant que la fin des études se situe à la fin du master...

Pour résumer les idées d'Economie Suisse:
- de 2'000.- à 5'000.- au bachelor, avec doublement des taxes pour les étudiants en échec.
- tarif dégressif au master de 10'000.- à 0.- en fonction de l'excellence de l'étudiant (bien sûr 0.- étant pour l'étudiant le plus brillant...).

Alors merci EconomieSuisse de nous avoir fait part de vos réflexions, mais la prochaine fois avant de sortir des inepties aussi énormes que celles là, essayez de vous renseigner sur les conditions étudiantes, en effet 70% des étudiants doivent travailler à côté de leurs études, ne leur permettant pas de bosser pour leurs cours à 100% et leur faisant souvent rater une année d'étude. Doit-on encore plus les pénaliser en doublant leurs taxes...
Pour information, les meilleurs étudiants ne sont pas forcément les plus riches...

Article du Temps traitant le sujet.
Posted by Alexis Barrière at 11:30
Comments (2)
Rapport d'activité du CRAFT
Le CRAFT vient de publier son rapport d'activité 2007.
Posted by Antonin Danalet at 10:10
Ordre du jour Réunion du 22 avril, 18h15, CM 0.118
Pour rappel, les réunions sont publiques et ouvertes à tous les étudiants !
Alors venez nombreux!

Cette semaine comme annoncé, nous avons l'honneur d'accueillir Mme Flury-Poffet qui viendra nous présenter et répondre é nos questions concernant le nouveau règlement disciplinaire.


Ordre du jour


1. Discussion avec Mme Flury-Poffet sur le nouveau règlement disciplinaire
2. Acceptation du dernier PV et de l'OdJ
3. AES
4. Divers


En espérant vous voir ce soir à la réunion!
Posted by Alexis Barrière at 9:15
Pool d'accréditation des étudiant-e-s
Invitation au Séminaire de qualification pour les accréditation (formation de base)


Pool d'accréditation des étudiant-e-s


le 24.05.2008 à Berne


Le pool d'accréditation des étudiant-e-s propose une deuxième formation de base pour les expert-e-s étudiant-e-s le samedi 24 mai 2008 à Berne, dans les locaux de l'UNES. En plus d'une présentation du paysage des hautes écoles suisses, il y aura une introduction à la philosophie et aux méthodes de l'assurance qualité. Le point de vue des hautes écoles sera également intégré.

Programe

09:00 Salutations et présentations

09:30 Introduction au paysage des hautes écoles (hautes écoles spécialisées et universités)
Co-présidium de l'UNES

10:00 Assurance qualité et accréditations: contexte et standards
Christian Schneijderberg

11:00 Pause

11:15 Assurance qualité dans les hautes écoles
Martin Halter (responsable de l'assurance qualité à la HES de Berne, /en attente d'une réponse/)

12:30 Pause de midi (une collation vous sera offerte)

14:00 Standards et analyse d'une auto-évaluation
NN (Agence)

17:00 on-site-visits et rôle des expert-e-s
Expert-e-s (UNES)

18:00 Apéro


La participation à la formation de base est une condition incontournable pour être proposé-e comme expert-e étudiant-e dans une procédure d'accréditation! C'est seulement après votre formation qu'aura lieu votre sélection dans le pool. C'est la seule façon pour nous de tenir la promesse faite à nos partenaires des hautes écoles et des agences d'accréditation de présenter des étudiant-e-s actives-fs et compétent-e-s en gage de notre contribution au développement de la qualité.

Donc venez et venez nombreuses et nombreux le 24 mai. C'est une occasion incomparable de devenir plus intelligent-e et plus compétent-e (!!). De plus, nous aurons l'occasion d'échanger de façon informelle pendant l'apéro.

Inscription à info@vss-unes.ch objet: formation AQ /
Deadline 05.05.2008

Merci

--
________________________________________________
VSS - Verband der Schweizer Studierendenschaften
UNES - Union des Etudiant-e-s de Suisse
USU - Unione Svizzera degli Universitari
USS - Uniun svizra da studentas e students
http://www.vss-unes.ch - mailto:info@vss-unes.ch
Laupenstr. 2 - CH-3001 Bern - +41 31 382 11 71
Posted by Antonin Danalet at 20:39
Page : « Previous 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 Next »