Cette page appartient aux archives web de l'EPFL et n'est plus tenue à jour.
This page belongs to EPFL's web archive and is no longer updated.

Sébastien Rochat

les bas-fonds londoniens
Pour bien se rendre compte que Londres ne s'arrêta pas à Westminster et la City, nous nous sommes aventurés dans des quartiers à la réputation un peu sinistre... le premier était Brixton, au sud. Quartier peuplé essentiellement de jamaïcains ou autres originaires des Caraïbes, il a été le théâtre d'émeutes raciales jusque dans les années 1990. Aujourd'hui plus tranquille, on a quand même bien vu que les regards devenaient un peu haineux lorsque un hélico de la police survole les environs... Le quartier est connu pour son marché, sur Electric Avenue, ainsi nommée parce qu'elle fut la première rue du Royaume uni a être éclairée à l'électricité! Ce marché nous (j'étais avec un erasmus français, on devait être les deux seuls touristes dans le secteur!! ) a vraiment des vacances dans des pays méridionaux: couleurs vives, mais surtout odeurs: fruits, poissons, viandes, épices... ça nous a fait bizarre de voir des fruits qui ont une odeur (parce que ceux de chez Tesco c'est pas vraiment ça...) des poissons autrement qu'en fish&chips, etc... bref, c'était vraiment une expérience étonnante!

Le deuxième quartier "lugubre" qu'on a vu est l'East end, réputé pour avoir abrité Jack l'Eventreur, la guerre des gangs jusque dans les années 80 et des églises satanistes -entre autres réjouissances! Incroyablement cosmopolite -en témoigne l'affichage "bilingue" du nom des rues!- on peut y manger des bagels, des kebabs ou des curries (ou éventuellement chinois mais on sait pas trop ce qu'il faisait la çui-ci!) sur Brick Lane dans un joyeux brouhaha... d'ailleurs on est retournés dans le coin hier soir manger indien, c'était une merveille -je pense que je vais devenir indien bientôt, avec l'accent indien en anglais aussi :-( parce que je mange indien au moins 3 fois par semaine...

Enfin bref, ces deux quartiers pas (encore) envahis par la cohorte de Starbucks et BurgerKing ont été sympa à visiter, on peut même dire dépaysants par rapport aux beaux quartiers que nous avons l'habitude de connaître!
Posted by Sébastien Rochat at 0:44
the eigth wonder of the world
is... the bar Steve and his flatmates built in their house... We were invited last Sat to test his home brewed bier - and to save his health helping him drink 40 pints... table football and darts, really nothing to complain about... it was bloody mental, as they say here!
Posted by Sébastien Rochat at 23:41
Comments (1)
musée d'histoire (sur)naturelle
Le Natural History Museum vaut le détour... surtout la partie consacrée aux tremblements de terre et volcans qui est très bien faite! A part ça, on y voit des animaux bizarres dont on a peine à croire qu'ils existent ou aient exités... tortues géantes, football fish, ... jugez-en par vous-mêmes!!
Posted by Sébastien Rochat at 23:21
encore la baleine
Alors, toujours à propos de la malheureuse baleine (baptisée Wally-the-Whale): 10000£ de dons ont été reçus afin que ses os soient confiés au Musée d'histoire naturelle de Londres. En effet, il faut savoir qu'en vertu d'une loi de 1324, le squelette de la baleine appartient à la famille royale. Cette loi stipule en effet que toutes les baleines qui s'échouent sur les côtes du Royaume-Uni doivent être remises à la Couronne. Je sais pas si Elizabeth et Philippe avaient l'intention de se faire un sushi avec Wally, mais en tous cas on a bien rigolé au labo en lisant ça - aucun des anglais du labo n'était au courant de cette loi!
Posted by Sébastien Rochat at 0:47
chasse à la baleine et course de lévriers
Ce samedi, on voulait visiter Westminster Abbey avec mon colocataire, qui était fermée la semaine précédente... C'est une église imposante et dont pour ainsi dire chaque dalle de marbre possède son anecdote historique. Mais que de monde!! L'Abbey a beau être énorme, elle est tellement encombrée de mémoriaux, petites chapelles et autres monuments qu'on y étouffe presque. Enfin, la visite est sympa et instructive, le point difficile a été de faire comprendre un jeu de mots en français à mon coloc chinois... eh oui, la construction de l'Abbey a été ordonnée au XIème siècle par Edouard le Confesseur... moi, j'aurais trouvé plus amusant s'il s'était appelé Edouard le Confiseur, mais cette blague est pratiquement inadaptable dans aucun autre langage...

Après cette visite, nous partons à la chasse à la baleine... eh oui depuis vendredi une pauvre baleine s'est égarée en plein coeur de Londres! Nous marchons un bon moment le long de la Tamise presque juqu'à Chelsea, entraîné par un flot grandissant de curieux... Nous voyons un peu plus tard des bateaux sur la Tamise, la police, etc. et nous apprenons que les sauveteurs essaient de charger la baleine sur un bateau pour la ramener à la mer. En effet, quelques minutes plus tard, les bateaux s'avancent sous les applaudissement de la foule -vraiment impressionant, les gens arrêtaient leur voiture au bord de la route pour voir ce qui se passait et prendre des photos, vous pouvez pas imaginer le cafouillage!!- et on a juste entre-aperçu la baleine qui reposait sur un matelat orange sur l'un des bateaux. Un peu déçu de pas l'avoir vue en "liberté", mais finalement heureux "pour elle" et pour tous les enfants qui étaient fous de joie! Bon, on a été super tristes d'apprendre le lendemain que finalement la baleine était "décédée"
avant d'avoir pu retrouver la mer...

Le soir a été consacré à une activité typiquement -de chez typiquement- britannique: les course de lévriers!! Avec les autres Erasmus, on s'était dit qu'il fallait absolument voir ça, que sinon on n'aura jamais l'occasion de le faire ailleurs! Alors, il s'agit donc de chiens qui courent autour d'une sorte d'hippodrome "chienodrome??" et on peut parier sur le vainqueur (j'ai abandonné après avoir perdu 5 fois de suite). C'est très populaire, il y avait un monde fou! C'est assez amusant au début, mais j'y retournerai pas tous les samedis... enfin on a bien rigolé quand même et on se réchauffait en encourageant notre chien favori!
Posted by Sébastien Rochat at 23:55
le week-end aux 1682 marches
Ce week-end, pas grand monde au hall car les cours ne reprennent que la semaine prochaine... j'en profite pour faire un peu de visites en solo du côté de la City. Comme il se doit, le temps est exécrable et les restaurants et marchés de ce quartier sont fermés le week-end!

La première visite est la Cathédrale St-Paul, construite à la fin du XVIIème siècle sur les ruines de la cathédrale précédente détruite par le Grand incendie de 1666. Intérieur grandiose comme il se doit, et la montée au Dôme l'est encore plus. La galerie intérieure (Whispering gallery) offre un coup d'oeil impressionant sur le choeur, alors que la galerie tout au sommet offre un coup d'oeil incroyable sur Londres, 111 mètres et 530 marches plus bas. Au sous-sol, la crypte abrite les grandioses tombes de l'amiral Nelson et du Duc de Wellington, ainsi que celle de Christopher Wren, l'architecte qui a reconstruit Londres après l'incendie. On y voit également une petite exposition relatant la volonté acharnée de Winston Churchill de protéger St-Paul lors de la deuxième guerre: il avait mis sur pieds un corps de pompiers pour éteindre les incendies causés par les bombes incendiaires lancées sur la cathédrale et ses environs. Au final, St-Paul a échappé presque miraculeusement à la destruction alors que tout le quartier alentours n'était que champs de ruines!

Après la montée au Dôme, les 311 marches en colimaçon de Monument ne me font pas peur: il s'agit d'une colonne dorique de 60.6 mètres élevée en commémoration du grand incendie qui s'était déclenché dans une boulangerie située à 60.6 mètres de la, et qui a finit par détruire 80% de la ville et jeté 100000 habitants à la rue. La vue sur le quartier et Tower Bridge vaut l'effort!

La fin de la journée me conduit à travers la City jusqu'à Whitechapel, quartier de l'est londonien dont la mauvaise réputation n'est plus à faire: quartier de Jack l'Eventreur à la fin du XIXème siècle, ce quartier peuplé d'immigrants généralement pauvres a été le repère de la pègre londonienne jusqu'à très récemment, ler dernier "règlement de comptes" ayant eu lieu en 1966! On raconte qu'au début du XXème siècle, le quartier ne figurait délibérément pas sur les cartes de Londres, et qu'il était impossible de trouver un chauffeur de taxi pour aller dans l'East End! Aujourd'hui le quartier est surtout connu pour être très cosmopolite et offrir les meilleurs curries de la capitale! Ah oui... en fait j'ai vu une gallerie d'art moderne à Whitechapel qui produisait un certain Paul McCarthy... allez voir monsieur Google si ça vous intéresse, moi j'ai regretté les 4.25£ laissées à l'entrée.

Le lendemain, le temps est encore plus pourri, l'occasion est belle de visiter le Museum of London, qui retrace de manière intéressante et didactique l'histoire de la ville depuis la préhistoire. Après cela, je voulais prendre quelque photos de Tower Bridge. Sur le chemin je passe devant une petite église charmante dans laquelle j'entre "pour jeter un coup d'oeil". Personne à l'intérieur, à part le prêtre qui m'aborde et me fait une visite détaillée de l'église et de sa crypte! Super sympa, mon "coup d'oeil" a presque pris une heure finalement!

Lorsque j'arrive à Tower Bridge la nuit tombe presque, les belles photos ça sera pas pour aujourd'hui! Je monte quand même dans le pont histoire de voir la Tamise de plus haut. La vue est belle mais on est dans des galleries vitrées, ce qui n'est pas idéal pour la photographie.Le pont reste très impressionant, malheureusement pas de "mouvement" en vue pour le moment!

En conclusion, la City est un quartier qui mérite qu'on ne s'arrête pas aux bâtiments moches que l'on voit trop souvent: il faut aller à la recherche des ruines romaines, de la mairie, du contraste entre histoire et modernité pour l'apprécier!
Posted by Sébastien Rochat at 21:09
de retour...
Après deux courtes semaines de vacances me revoilà à Londres pour la dernière ligne droite... je sais pas pourquoi, chaque fois que je voyage à Londres je suis trop optimiste: en prenant un vol arrivant à Luton à 22h40, j'étais sûr de pouvoir être à ma chambre à minuit... seulement, j'avais pas imaginé qu'un avion peut tout-à-fait décoller avec 1h30 de retard, que les responsables du déchargement des bagages peuvent parfois être très lents, et que si plusieurs avions arrivent en même temps à l'aéroport, il y a une file à la douane... résultat des courses, à minuit je suis dans le bus qui vient de démarrer de l'aéroport... j'ai eu la dernière place, tout au fond entre deux italiens beurrés au rhum et un autre bonhomme qui ne tardera pas à s'endormir sur mon épaule... ça promet! J'arrive chez moi péniblement vers les 1h45, à la grande surprise de mon colocataire!

bon, dans mes bonnes résolutions pour 2006 j'ai décidé de mettre mon blog à jour (en témoigne le pavé à venir) et aussi d'y mettre des photos à taille humaine, permettant à tous ceux qui n'ont pas un écran d'un mètre de large de tout voir d'un coup!

a+
Posted by Sébastien Rochat at 23:01
photo de groupe
Voila mes collègues, sans exceptions tous de "nice people"!

Accroupis, de gauche à droite: moi, Kin, Ian

Debout, de gauche à droite: Phil, Nick (ze boss), Charlie, Nino, Steve, Rob, Konrad, Kathryn, Wen, Antonello, Deborah, Mel et James
Posted by Sébastien Rochat at 15:35
Un Britannique de 91 ans perd un pari en restant en vie
-quand je disais que parfois les Anglais sont quand même un peu spéciaux...-


LONDRES - Un Britannique de 91 ans a perdu un pari en restant en vie. Il avait parié 500 livres (environ 1100 francs) qu'il mourait avant la fin de la première semaine de décembre, a déclaré samedi un bookmaker.
.
23:27 10.12.05


Arthur King-Robinson a expliqué qu'il avait côté son pari à six contre un au début de l'année pour que sa femme puisse payer les 3000 livres d'impôts lors de l'héritage, s'il était décédé dans l'intervalle.

"J'en ai entendu des idées de pari en trente ans" a dit Graham Sharpe, porte-parole du bookmaker William Hill. "Mais parier sur la mort de quelqu'un, c'est unique. Je suis content qu'Arthur ait perdu."

Arthur King-Robinson craignait que sa femme Cynthia, âgée de 85 ans, soit contrainte au moment de l'héritage de vendre la maison du sud-ouest de l'Angleterre dans laquelle ils habitent depuis cinquante ans.
Posted by Sébastien Rochat at 1:42
A cup of tea, please
A Nice Cup of Tea
by George Orwell
Evening Standard, 12 January 1946



IF YOU look up ?tea? in the first cookery book that comes to hand you will probably find that it is unmentioned; or at most you will find a few lines of sketchy instructions which give no ruling on several of the most important points.

This is curious, not only because tea is one of the main stays of civilization in this country, as well as in Eire, Australia and New Zealand, but because the best manner of making it is the subject of violent disputes.

When I look through my own recipe for the perfect cup of tea, I find no fewer than 11 outstanding points. On perhaps two of them there would be pretty general agreement, but at least four others are acutely controversial. Here are my own 11 rules, every one of which I regard as golden:

* First of all, one should use Indian or Ceylonese tea. China tea has virtues which are not to be despised nowadays?it is economical, and one can drink it without milk?but there is not much stimulation in it. One does not feel wiser, braver or more optimistic after drinking it. Anyone who has used that comforting phrase ?a nice cup of tea? invariably means Indian tea.

* Secondly, tea should be made in small quantities?that is, in a teapot. Tea out of an urn is always tasteless, while army tea, made in a cauldron, tastes of grease and whitewash. The teapot should be made of china or earthenware. Silver or Britanniaware teapots produce inferior tea and enamel pots are worse; though curiously enough a pewter teapot (a rarity nowadays) is not so bad.

* Thirdly, the pot should be warmed beforehand. This is better done by placing it on the hob than by the usual method of swilling it out with hot water.

* Fourthly, the tea should be strong. For a pot holding a quart, if you are going to fill it nearly to the brim, six heaped teaspoons would be about right. In a time of rationing, this is not an idea that can be realized on every day of the week, but I maintain that one strong cup of tea is better than twenty weak ones. All true tea lovers not only like their tea strong, but like it a little stronger with each year that passes?a fact which is recognized in the extra ration issued to old-age pensioners.

* Fifthly, the tea should be put straight into the pot. No strainers, muslin bags or other devices to imprison the tea. In some countries teapots are fitted with little dangling baskets under the spout to catch the stray leaves, which are supposed to be harmful. Actually one can swallow tea-leaves in considerable quantities without ill effect, and if the tea is not loose in the pot it never infuses properly.

* Sixthly, one should take the teapot to the kettle and not the other way about. The water should be actually boiling at the moment of impact, which means that one should keep it on the flame while one pours. Some people add that one should only use water that has been freshly brought to the boil, but I have never noticed that it makes any difference.

* Seventhly, after making the tea, one should stir it, or better, give the pot a good shake, afterwards allowing the leaves to settle.

* Eighthly, one should drink out of a good breakfast cup?that is, the cylindrical type of cup, not the flat, shallow type. The breakfast cup holds more, and with the other kind one?s tea is always half cold?before one has well started on it.

* Ninthly, one should pour the cream off the milk before using it for tea. Milk that is too creamy always gives tea a sickly taste.

* Tenthly, one should pour tea into the cup first. This is one of the most controversial points of all; indeed in every family in Britain there are probably two schools of thought on the subject. The milk-first school can bring forward some fairly strong arguments, but I maintain that my own argument is unanswerable. This is that, by putting the tea in first and stirring as one pours, one can exactly regulate the amount of milk whereas one is liable to put in too much milk if one does it the other way round.

* Lastly, tea?unless one is drinking it in the Russian style?should be drunk without sugar. I know very well that I am in a minority here. But still, how can you call yourself a true tea-lover if you destroy the flavour of your tea by putting sugar in it? It would be equally reasonable to put in pepper or salt. Tea is meant to be bitter, just as beer is meant to be bitter. If you sweeten it, you are no longer tasting the tea, you are merely tasting the sugar; you could make a very similar drink by dissolving sugar in plain hot water.

Some people would answer that they don?t like tea in itself, that they only drink it in order to be warmed and stimulated, and they need sugar to take the taste away. To those misguided people I would say: Try drinking tea without sugar for, say, a fortnight and it is very unlikely that you will ever want to ruin your tea by sweetening it again.

These are not the only controversial points to arise in connection with tea drinking, but they are sufficient to show how subtilized the whole business has become.

There is also the mysterious social etiquette surrounding the teapot (why is it considered vulgar to drink out of your saucer, for instance?) and much might be written about the subsidiary uses of tealeaves, such as telling fortunes, predicting the arrival of visitors, feeding rabbits, healing burns and sweeping the carpet.

It is worth paying attention to such details as warming the pot and using water that is really boiling, so as to make quite sure of wringing out of one?s ration the 20 good, strong cups that two ounces, properly handled, ought to represent.
Posted by Sébastien Rochat at 22:17
Page : 1 2 3 Next »